Vivre ou voyager en camping-car, liberté ou galère ?
VANLIFE,  VOYAGE AU LONG COURS

Voyager en camping-car, liberté ou galère ?

Partager l'article
  • 29
  •  
  • 25
  •  
    54
    Partages

Vivre pendant les vacances ou pour un temps plus long dans un camping-car demande une vraie adaptation.
Pourquoi voyager en camping-car ?
Avantages et inconvénients de ce mode de vie itinérant en véhicule aménagé, notre avis en quelques mots.

Autant de véhicules que de voyageurs

Lorsque le voyageur s’imagine la vie en camping-car, sa vision est souvent faussée, plus proche du mythe que de la réalité.

Il peut s’imaginer avec son petit van dormant en pleine nature dans les plus beaux spots du monde.

Il peut aussi être effrayé par l’image du gros camion encombrant parqué avec ses congénères dans des aires sans charme.

Et au final, rien de tout cela n’est totalement vrai ni totalement faux.

La grande famille des voyageurs en véhicule de loisir (camping-caristes, vanlifers ou autres aventuriers en véhicule aménagé de toute sorte), regroupe une multitude de personnes aux univers très différents, avec des véhicules aux antipodes les uns des autres et dont le confort va du plus spartiate au plus grand luxe.

Quel que soit le choix du véhicule, tout n’y est jamais parfait ou épouvantable, certains y trouveront leur compte, d’autres jamais. Seule l’expérience le décidera.

La liberté d’aller et venir ?

La première raison qui incite à acheter un véhicule de loisir, quel qu’il soit, ou à se l’aménager soi-même est souvent le fait de penser qu’on pourra partir où on veut, quand on veut.

C’est vrai !

Mais pas tout le temps…

Peut-on partir n’importe quand ?

Oui, sans aucun doute. Le fait de trimbaler son propre toit offre cette immense liberté de pouvoir partir en expédition sans avoir eu à réserver des mois à l’avance. Il fait beau ce week-end ? Dès le vendredi soir, on enfourne toute la famille dans le véhicule, quelques fringues, les restes dans le frigo et hop on y va, en route pour l’aventure !

Mais peut-on aller partout ?

Ça, c’est pas gagné.

Pour les plus jeunes ou aventureux, rien de mieux que le petit van, pas plus volumineux que certaines grosses cylindrées, permettant de se faufiler un peu partout et donc de se fondre plus facilement dans n’importe quel décor. Si sa hauteur ne dépasse pas les 2 mètres, il passe sous la majorité des barres de hauteur (problème récurrent en France, pas forcément à l’étranger). C’est la vraie liberté !

Mais dès l’instant où l’on choisit un véhicule avec un peu plus d’espace intérieur, du fourgon aménagé à la hauteur supérieure à 2 mètres aux camping-cars poids lourds, c’en est fini du côté passe-partout, plus de possibilité de se glisser sous les barrières de limitation de hauteur et attention aux aventures sur terrain accidenté ou trop souple, le poids n’est déjà plus le même et on peut vite se retrouver enlisé !

Panneau d'interdiction de stationner

Donc non, on ne peut pas toujours s’arrêter où on veut.

Il y a beaucoup de limitations de la part des municipalités en France, surtout celles qui sont très touristiques. Ainsi, quel que soit le choix du véhicule, il sera souvent très difficile, voire impossible, de se rendre sur certaines côtes prisées et notamment pendant la haute saison, à moins de se rendre dans une aire pour camping-cars ou au camping, qu’il aura parfois fallu réserver.

En somme, on est libre de partir où on veut quand on veut, à condition d’accepter de choisir sa destination en fonction de ces contraintes : dimensions et autonomie du véhicule, réglementation des municipalités, saison touristique, infrastructures du pays visité.

Cela limite les possibilités. Il vaut mieux en avoir conscience pour ne pas déchanter dès la première escapade.

Car, même lorsque l’on est des camping-caristes habitués à rechercher le bivouac, le plaisir de l’aventure peut être gâché quand on se trouve dans un pays peu réceptif à ce mode de voyage.

Par exemple, l’Est des États-Unis n’est pas la destination la plus aisée pour voyager en camping-car si on ne veut pas aller au camping tous les soirs !

Retrouvez quelques-unes de nos mésaventures à la recherche du bivouac en Amérique dans notre récit de voyage !

Épinglez-moi sur Pinterest !

Le confort d’avoir sa maison sur son dos  ?

Tout d’abord, soyons clairs, nets et précis, on ne vit pas en véhicule aménagé comme dans une maison, malgré toutes les améliorations techniques que les nouvelles technologies ont pu apporter.

La superficie habitable

Van aménagé type

L’espace intérieur du van est plus adapté aux voyageurs seuls ou en couple, le niveau de confort et d’autonomie est limité et le voyage dans des contrées froides y est souvent compliqué, l’isolation dans ce genre de véhicule étant plus proche de la toile de tente que du RT 2012. Pas de douche, des toilettes portables casées dans un placard, peu d’espace de rangement. L’esprit Vanlife, très en vogue de nos jours, a donc lui aussi ses inconvénients même si son image est plutôt aguichante.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Une première expérience de voyage en van avec Audrey : découverte du Pays basque

On peut donc se tourner vers des véhicules un peu plus gros pour gommer ces défauts. Les fourgons aménagés et autres camping-cars compacts ont des volumes qui permettent de profiter d’un confort plus agréable comme les w.c. et une salle de bain, des lits parfois plus grands et des équipements de cuisine plus complets. Certains peuvent même s’adapter à une famille même si on pourra y ressentir une certaine exigüité.

Schéma camping-car capucine

On peut aussi passer sur des catégories plus hautes et plus longues comme les capucines, pas les plus jolies à voir, mais si intéressantes pour les familles de par leur volume, les grands profilés ou intégraux qui plaisent beaucoup en ce moment grâce à leurs nombreux équipements qui frisent parfois même le luxe. Mais plus le véhicule est grand, plus il sera compliqué de faire des escapades hors des sentiers battus.

L’autonomie en eau

Si l’on est un inconditionnel de la douche quotidienne, voire biquotidienne, il faut laisser tomber le van ou accepter de s’installer dans un camping tous les soirs. Certes, on peut trouver de temps à autre des douches froides extérieures, surtout en bord de mer et en haute saison, mais à la longue, il faudra opter pour la coupe G.I. ou la mode rasta pour s’adapter.

Robinet eau

En optant pour le fourgon, le profilé, la capucine ou l’intégral, l’agrément d’une petite salle de bain avec douche est déjà un luxe. Mais, là encore, il faut être réaliste. Pas question de se prélasser un quart d’heure sous l’eau chaude deux fois par jour, surtout en famille, à moins de brancher le réservoir directement sur un robinet. À titre d’exemple, un pommeau de douche économique dans une maison permet de ne consommer que 6 litres d’eau à la minute. Ramenées à la perspective d’un camping-car, quinze minutes sous la douche réparties entre tous les membres de la famille équivaudraient à sacrifier un réservoir d’eau d’environ 100 litres ! Étant donné que la plupart des véhicules ne sont souvent vendus qu’avec un seul réservoir de ce gabarit, le temps de lavage devra donc être revu largement à la baisse et optimisé au mieux.

Mais avec un peu de discipline et d’expérience et en gonflant ses réserves pour atteindre les 200 litres d’eau, on peut gagner une certaine tranquillité de vie et s’assurer une autonomie jusqu’à cinq-six jours pour une famille de 4 personnes.

La gestion de l’énergie

L’électricité

On est entièrement dépendant de batteries de 12V qui alimentent la cellule en lumière, font tourner le chauffage, permettent d’avoir de l’eau dans les robinets, font fonctionner la carte électronique du frigo qui sans ça, s’arrête, sans oublier les recharges diverses et variées de tous les appareils électroniques qui hantent notre quotidien [téléphones, tablettes, appareils photo, ordinateur]. Alors oui, en roulant, l’alternateur du moteur recharge en partie ces chères batteries, mais dès que l’on se pose quelques jours, attention à la panne.

La gestion de l'énergie dans un camping-car

Des panneaux solaires sont maintenant installés sur tous les camions, mais leur puissance est souvent limitée – autour des 100 W dans la plupart des cas. Pour faire simple et ne pas se lancer dans des calculs obscurs et alambiqués, cet élément permet de tenir la charge lorsqu’il fait beau, que les journées sont longues et que l’on n’est pas trop énergivore.

Par contre, en hiver, si le temps est couvert, que le chauffage tourne à fond et que les enfants ont un peu trop joué sur leurs écrans, il peut arriver que le réveil du matin se fasse dans une glacière, tout le système électrique s’étant mis à l’arrêt – voir notre expérience d’un Premier de l’an sur le Bassin d’Arcachon. Il faut alors démarrer le moteur pour pouvoir relancer un minimum les éléments de survie, puis prendre rapidement la route pour faire tourner l’alternateur ou trouver une borne électrique afin d’y brancher le véhicule. Cela n’arrive pas très souvent, mais ça arrive, il faut d’ailleurs opter en priorité pour une deuxième batterie auxiliaire dans le camion, en cas de panne de la première et surtout, pour augmenter sa capacité énergétique.

Enregistrez l’image sur Pinterest pour retrouver l’article plus tard !

Le gaz

Dans un camping-car, beaucoup d’éléments peuvent tourner sur ce combustible : la plaque de cuisson, le chauffage, l’eau chaude et le frigo. Suivant le type de véhicule, les capacités de stockage en gaz vont de 6 kg à 26 kg. En été, avec deux bonbonnes de 13 kg, un temps clément et moins de trois heures de cuisine quotidienne au gaz, on tient largement le mois. Toutefois, en hiver, en altitude, elles sont consommées dans la semaine. Donc, mieux vaut avoir le système qui bascule automatiquement d’une bonbonne à l’autre dans ces cas-là afin d’éviter le réveil en pleine nuit avec 2 °C dans l’habitacle.

Le confort de l’espace de vie

Parlons maintenant confort de vie. Quand salon, cuisine, bureau, chambre(s), salle de bain, toilettes et rangements sont contenus dans un espace de moins de 15 m², il faut faire preuve d’un minimum d’organisation et faire une croix sur quelques agréments.

Tout, dans un camping-car, est réduit en taille à la portion congrue. La douche par exemple reste un espace exigu où l’on a plus le sentiment d’être une sardine en conserve que sa cousine en plein océan !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  La scolarité en voyage

En cuisine, il faut souvent se contenter d’un plan de travail pas plus grand qu’une planche à découper, d’un évier si peu profond qu’éviter éclaboussures et inondations est un exploit, d’une plaque de cuisson au gaz pas plus puissante qu’un réchaud, d’un frigo à absorption, plutôt limité en production de froid en pleine canicule, et oublier aussi micro-ondes, robots ménagers et autres appareils à haute puissance énergétique qui assommeraient votre batterie en moins de deux.

Pour le sommeil, il ne faut pas se plaindre, les dimensions sont plutôt larges maintenant dans la plupart des véhicules qui ont même pour certains des lits king size de 160 sur 200. Seul inconvénient, les matelas ne sont pas très épais et souvent très fermes et, pour ceux qui dorment dans une capucine, il ne faut pas oublier que le plafond est à seulement 60 cm au-dessus de la tête. En cas de réveil en sursaut, carambolage assuré.

Pour la partie détente au salon, oublions l’envie de vouloir s’avachir, il faut partager au mieux les quelques banquettes à disposition. A deux, on a de la place, à quatre ou plus, on se tient chaud.

Qui dit exigüité dit promiscuité. Quand on part en famille, difficile d’envoyer les enfants dans leur chambre quand il leur arrive de se chamailler [bien sûr, c’est exceptionnel !] ou qu’ils vous sortent par les yeux [c’est encore plus rare, bien évidemment !]. Au mieux, ils se renferment dans leurs lits superposés au fond du véhicule en vous faisant sentir par leurs regards tristounets ou courroucés leurs émotions du moment. Seul échappatoire, vivre dehors. Mais quand le temps n’est pas de la partie ou que vous êtes garés dans un coin tout sauf idyllique genre parking de supermarché, c’est difficile à faire.

Le véhicule de loisir offre donc un certain confort plus ou moins fastueux. Mais des contraintes spécifiques rythment le quotidien : s’approvisionner en eau, vidanger les eaux grises et les toilettes, et donc trouver les lieux proposant ces services, s’assurer d’être autonome en énergie, trouver le bivouac du jour, faire des courses très régulièrement compte tenu de l’espace de rangement restreint, utiliser des laveries de temps en temps ou laver son linge à la main… Vivre en camping-car, c’est aussi apprendre à être économe et à éliminer le superflu de nos modes de vie. Des contraintes qui peuvent vite transformer les vacances en cauchemar lorsqu’on n’y est pas préparé.

Être chez soi partout dans le monde ?

Camping dans le nord de l'Utah

Le camion, quand l’expérience se passe bien pour toute la famille, est un repère sécurisant qui devient un cocon rassurant pour tous. Chacun a ses affaires bien rangées dans les placards, comme à la maison. Rien à voir avec des valises que l’on transporte d’hôtel en hôtel ou de location en location. On est chez soi, dans ce petit espace, dans ce petit nid décoré à son goût.

Il est assez incroyable de voir comment les plus jeunes s’y adaptent avec facilité, s’y sentent à l’aise, quel que soit le lieu où l’on s’arrête et se l’approprient après seulement quelques jours. Ayant vécu un an à bord de notre capucine en Amérique, nous nous sommes souvent rendu compte qu’une fois les portes fermées, les volets tirés, même sur les parkings les plus déprimants et bruyants qui soient, nous nous sentions bien dans notre petite cellule, les uns avec les autres, dans notre petite bulle. Et, quel sentiment de plénitude lorsque, en plus, le cadre est idyllique, le temps au beau fixe et qu’aucun nuisible volant ne nous agace ! On est proche du paradis !

Alors finalement,  liberté ou galère le voyage en camping-car ?

Au vu du portrait plutôt sévère, mais pourtant réaliste que nous venons de vous faire de la vie en camping-car, il faut aussi que nous vous parlions de ce qui le rend aussi cher et indispensable à nos yeux.

L’itinérance qu’il permet est pour nous, son principal atout. Peu importent les galères, les kilomètres passés à chercher bivouacs, eau ou stations de vidange.

L’envie de voir du pays, de se lever chaque matin devant un autre panorama, de plier bagage dans la minute si l’envie s’en fait sentir, est un luxe sans pareil que n’offrent que très peu d’autres formes de voyage.

Si poser son camping-car pour la nuit peut demander une certaine expérience et comporte son lot de contraintes, le choix, toujours nous en incombe : si le coin n’est pas terrible, on peut toujours essayer plus loin, si on a trouvé le spot de rêve, on peut en profiter quelques jours. C’est cette part d’imprévu qui fait aussi le charme de l’itinérance et du voyage en véhicule aménagé, quel qu’il soit.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Liberté ou galère vos escapades en véhicule aménagé ?


Partager l'article
  • 29
  •  
  • 25
  •  
    54
    Partages
  •  
    54
    Partages
  • 29
  •  
  •  
  • 25

22 commentaires

  • Isabelle

    Peut-être serait-il bien de dire dans votre article que les interdictions qu on nous impose à nous camping caristes avec le panneau plus haut est totalement interdit en france… qu un camping car est un véhicule comme un autre et lui en interdire l accès et pas au autre véhicule est totalement discriminatoire…. peut être aussi ecriver vous un article sans y connaitre grand chose au camping car et autre véhicule de loisir aussi… j imfore dans un article de presse des chose que je ne connais pas…

    • Carine

      Bonjour Isabelle,
      Cet article n’a pas pour but d’être polémique sur les interdictions votées par les municipalités mais simplement d’être informatif pour quelqu’un qui est à la recherche d’informations avant de se lancer, ou pas, dans l’acquisition d’un véhicule aménagé. Comme nous l’avons écrit, il est très souvent difficile de stationner en France et surtout en pleine saison touristique dans les lieux touristiques.
      Pour ce qui est de notre expérience, vous pouvez la juger insuffisante si vous voulez, libre à vous. 90.000 Km en 5 ans dans un camping-car capucine avec les enfants dont 1 an à temps plein à sillonner la France, l’Europe et l’Amérique du Nord, vous pouvez considérer que cela ne vaut rien, comme les 20 ans d’expérience de Nicolas en fourgon aménagé. Je vous invite à lire tous nos articles pour vous faire une idée ou simplement, à passer votre chemin.

  • Francis Blandin

    Bonsoir Mesdames
    Camping cariste depuis 35 ans, je trouve que les conseils de Carine sont bien utiles pour les futurs camping caristes.
    Il est vrai qu’en France les interdictions sont de plus en plus nombreuses, que les barres fleurissent, et que le camping nature devient impossible. Les saluts entre CC me font bien sourire. Lorsque vous arriver sur une aire, la plus part se regarde le bout des pieds, de peur que je leur demande de me laisser un peu de place.
    Carine à raison de dire qu’il faut préparer son voyage avant de partir à la découverte de la France.
    C’est sûre qu’une grande partie des camping caristes Français n’ont jamais osés passer les frontières.
    Carine j’irai rêver sur vos périples Américain
    Bonne soirée Francis

    • Carine

      Bonsoir Francis,
      J’ai eu grand plaisir à lire votre commentaire 🙂
      Je ne sais pas s’il faut préparer son voyage. Mais, c’est comme cela que nous avons fini par fonctionner, car on en a eu assez de devoir tourner des heures pour trouver le spot idéal. Donc maintenant, on repère au préalable et on arrive plus zen à l’endroit prévu ! Mais c’est loin d’être une science exacte ! Il nous est quand même arrivé souvent de faire demi-tour pour bivouaquer ailleurs : soit pour être plus au calme, soit parce que l’aire est déjà pleine, etc.
      J’avoue qu’on aime bien notre tranquillité et que lorsque le parking est déjà bien plein, on a tendance à fuir sans chercher à voir si on a la place entre 2 camions. Cela évite à ceux qui prennent 2 places de regarder leurs pieds 😉

  • Patrick Kempf

    Juste un mot au passage, pour vous rappeler qu un camping car n est en aucuns cas un camion, qui est fait pour transporter des marchandises et de plus largement supérieur à 3t5. Même un véhicule de location en 20m3 pour déménager reste une Camionnette. En parlant de camions, vous faites peur à des gens qui se disent qu il ne pourront jamais conduire ça… Que même un CC poids lourds, n est pas un camion car pas assujetti aux même règle..
    Autrement globalement votre résumé me paraît cohérent, même si il y a des petits détails qui me chagrinent.. 200l d eau ma chère madame, n oubliez pas qu un CC est déjà très limité en poids , surtout à 4 alors attention à la surcharge

    • Nicolas

      Bonjour Patrick,
      Je me permets d’intervenir aujourd’hui sur le site alors que, bien souvent, j’ai le luxe de laisser ma femme s’en occuper. Mais étant en grande partie l’auteur de cette rubrique et, sentant un début de polémique pointer à l’horizon, je tiens à mettre les choses au point, cher monsieur.
      Le fait de surnommer nos camping-cars comme étant de « gros camions encombrants » ne me semble pas complètement aberrant. Chez moi, c’est même une façon familière et affectueuse d’appeler mon compagnon à quatre roues. Mais soyons honnêtes, se déplacer en camping-car impose des choix qu’il ne faut pas occulter. Stationner où bon vous semble n’est pas possible. Les places de parking sont réglementairement prévues avec une longueur de 5 mètres et une largeur de 2,30 m (NF P 91-100). Or le gabarit moyen d’un « véhicule aménagé » est de 5,40 à 7,50 m de longueur pour 1,90 à 2,30 m. de largeur. Donc, en résumé, sur un parking classique, on prend quatre places ! Et pour un stationnement en longueur, on déborde sur la chaussée et on risque à tout moment une estafilade bien stylisée sur la partie de carrosserie exposée. Vous comparez nos véhicules de loisirs aux camions de déménagement en location un peu partout. Je suis tout à fait d’accord avec vous, ils ont à peu près les mêmes dimensions. Eh bien, quand je vois l’état de la carrosserie de beaucoup de ces véhicules, je me dis que leur manipulation n’est pas si aisée que ça, même si leur conduite est très facile grâce aux nouvelles technologies. En aucun cas, cet article n’est censé effrayer les futurs camping-caristes, mais seulement leur présenter avec objectivité les avantages et inconvénients du véhicule qu’ils envisagent d’acheter. Cela tient seulement compte de notre « petite » expérience en la matière. La majorité des camping-cars ne sont certes pas des camions poids lourd, mais pas non plus des véhicules passe-partout.
      Concernant les 200 l d’eau qui vous chagrinent, je vous confirme que nous avons bien un réservoir principal de 140 l, un réservoir annexe de 50 l et que nous utilisions un jerrican de 15 l supplémentaires lors de notre voyage en Amérique du Nord pour parfaire notre autonomie. Notre véhicule ayant une charge utile de 650 kg et ayant pris le parti d’enlever des éléments non essentiels, mais très lourds, comme l’antenne télé, il nous a été possible d’obtenir ce résultat sans mettre en danger notre maison roulante, cette dernière ayant quand même encaissé 45 000 km en 11 mois sur des routes parfois très cassantes. Et pour être honnête, encore et toujours, combien de camping-cars circulent en France en surcharge malgré leur PTAC de 3,5 t ? A mon avis, beaucoup, même les autorités le savent. Je n’ai jamais été contrôlé sur mon poids dans l’hexagone, mais cela m’est arrivé une fois en Allemagne, et la AutoBahnpolizei m’a laissé tranquillement repartir et pourtant j’avais fait le plein de spécialités locales, du genre liquide et qui pèse lourd.
      J’espère que j’aurai clarifié les points qui vous ont chagriné et vous souhaite de belles aventures en « camion ».
      Nicolas

  • Pierre BAYS

    Bonjour,
    Merci de nous faire partager votre expérience. Nous sommes sur le point d’acquérir un CC et vos conseils vont beaucoup nous aider à affiner nos choix de véhicule, d’équipement et d’adaptation à cette nouvelle vie.
    Sans polémiquer, je trouve que les intervenants dans les commentaires sont très (trop!) critiques, donneurs de leçons et pour Isabelle, incompréhensible. Votre expérience vaut tout autant que la leur et, à mon avis, ce ne sont pas obligatoirement le nombre d’années qui comptent, mais également et surtout la variété des voyages et des modes de vie. Critiquer sans arrêt et jouer aux donneurs de leçons est une mauvaise utilisation des réseaux sociaux, à mon sens. Si nous avons besoin de conseils, notamment pour les US, nous ne manquerons pas de vous contacter.
    Bonne route!

    • Carine

      Bonjour Pierre,
      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de commenter !
      Dès que l’on publie, on s’expose. Il est tout-à-fait logique de croiser des gens qui ne pensent pas comme nous, mais c’est vrai que certaines critiques peuvent être difficiles à encaisser. Heureusement, on reçoit pas mal de messages bienveillants et chaleureux, tout comme votre commentaire aujourd’hui, et cela nous donne envie de continuer à partager 🙂
      N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d’informations complémentaires à nos articles. Nous répondons à tous les messages (avec quelques jours d’attente parfois, mais on répond à tout le monde). En espérant que votre projet aux US se réalise bientôt. Bonne route également !

  • Jean-Marc

    Bonjour Carinne et Nicolas
    Je viens de lire votre article sur la vie en camping-car… et certains commentaires désobligeants et inutiles d’ailleurs. Pourtant vous résumez parfaitement et avec justesse
    les avantages et inconvénients de vivre nomade du van au gros camping-car (Camion😉)et les multiples modes de vie, du bivouac sauvage aux campings…
    Je vais continuer à lire vos aventures avec plaisir.
    Mon épouse et moi vivons depuis bientôt 3 ans dans notre camping-car…
    amicalement
    Jean-Marc

    • Carine

      Bonjour Jean-Marc et Sonia !
      Nous avons profité de votre sympathique commentaire pour aller faire un tour sur votre blog 🙂
      Il est toujours intéressant de partager les expériences des uns et des autres.
      Merci beaucoup et au plaisir de vous revoir sur le blog.

  • MarcB

    Bonjour Bonjour Carinne et Nicolas, je comprend votre agacement confronté aux commentaires inutiles, frustrés et si typiquement français… mais passons à plus intéressant !
    Quand j’avais des cheveux, avec mon épouse et nos deux enfants, nous avons pas mal bourlingué dans les années 1975-80 avec ce bon vieux Kombi T2 «bricolé maison» devenu aujourd’hui cet objet si branché.
    En 2015, les enfants partis, nous avons voulu rejouer l’histoire avec un superbe T3 Westfalia retapé par un pro, nous nous en sommes séparés deux ans plus tard, écœuré par ce qu’est devenue cette pratique en particulier en France.
    On ne revient pas en arrière…
    Nous avons depuis effectués plusieurs road-trip aux USA par période de 3 mois et généralement dans le nord-ouest (location de véhicule standard + Motel, sans jamais réserver quoi que ce soit afin de rester libre d’improviser).
    Nous étudions maintenant la possibilité de rester aux USA à l’année avec un RV ou une grand caravane tractée tout en gardant une solution de repli en France pour les très, très vieux jours…

    Je lis avec intérêt que vous avez séjourné 11 mois consécutifs aux USA et j’aimerai savoir comment administrativement vous avez procédé sachant que le visa touristique limite le séjour à 90 jours.
    Merci pour le partage de vos expériences.

    • Carine

      Bonjour Marc !
      Nicolas aussi, lorsqu’il avait encore tous ses cheveux, mais pas toutes ses dents, a bourlingué dans un T2 bricolé maison 😉 Il est ensuite passé dans un luxueux 207D… et puis maintenant, on en est à la capucine… On réfléchit à la cellule sur pick-up pour nos vieux jours 😉
      S’agissant de notre séjour en Amérique du Nord, nous ne sommes pas restés 11 mois consécutifs aux USA. Le périple s’est grosso modo organisé comme suit :
      – 40 jours à l’est du Canada
      – 80 jours à l’est des USA
      – 89 jours au Mexique
      – 80 jours à l’ouest des USA
      – 39 jours à l’est du Canada
      soit environ 11 mois de voyage
      Nous avons choisi de ne pas faire l’ESTA mais de remplir le formulaire I-94W à l’arrivée par la frontière terrestre aux USA. Je vous renvoie à notre article sur les passages de frontières où nous avons déjà répondu à pas mal de questions à ce sujet : https://parenthesenomade.com/frontiere-formalite-douane-amerique/
      Pour votre projet, le visa B2, valable à des fins touristiques pour tout séjour jusqu’à 180 jours consécutifs serait peut-être plus adapté ?
      Si vous avez besoin de compléments d’informations, n’hésitez pas !
      Merci pour votre commentaire. Au plaisir de vous lire et de voir l’avancement de votre projet !

  • MarcB

    Merci Carine pour ces réponses efficaces et de me pointer la bonne rubrique très complète qui m’avait échappé.
    Reste donc pendante la notion floue de «délai raisonnable» entre sortie et retour en territoire US qui se pratique donc – je suppose – selon l’humeur du fonctionnaire et la tête du voyageur.

    Par ailleurs, aucun doute pour moi : pour un couple, l’option pick-up plus cellule est le meilleur compromis permettant un «coup d’exploitation moindre», de se fondre dans le décors, ne pas gratter les bas de caisse et d’«aller en ville» avec le véhicule quand ça démange ou que c’est nécessaire une fois la coquille de l’escargot installée, d’accéder aux lieux et aux petites routes refusées aux «grands blancs».
    L’offre et le choix des matériels est énorme et les occasions pléthoriques à des prix raisonnables.

    On the road again…

    • Carine

      De rien Marc, contente que cela puisse vous aider. C’est exactement ça, le “délai raisonnable” dépend du fonctionnaire des douanes que vous avez en face de vous et, certainement aussi, de l’épaisseur du portefeuille qui est souvent associée à votre apparence physique le jour J. C’est le jour où il faut exposer vos signes extérieurs de richesse !
      Vous avez parfaitement résumé notre analyse concernant les avantages d’une cellule avec pick-up… il ne reste plus qu’à tester, pour voir si tout cela se vérifie dans l’usage 🙂
      Bonne route 🙂

  • Lenoyaudujardin

    Merci Carine et Nicolas pour cet article sur VOTRE façon de voir le CC…
    Oui le CC est vu comme un “camion”, que le terme soit approprié ou non, quelle que soit la taille, c’est comme ça.
    Ce qui m’a fait hésiter (et abandonner) l’idée d’avoir un camping car n’a rien à voir avec le terme de camion, une caravane est plus difficile à conduire selon moi.
    Pour moi ce fut le manque d’impression de sécurité hors camping. Est-ce qu’on ne se fait pas cambrioler ? attaquer ? lorsqu’on stationne en camping sauvage la nuit ?
    N’ayant jamais eu de réponse à cette question, j’ai abandonné. (car lorsqu’on cherche sur internet, on ne tombe que sur les cas où les vacanciers ont eu des soucis) et je me suis rabattue sur la caravane et le camping payant. au moins tant que j’ai eu des enfants petits. Maintenant, l’idée du camping car revient de façon récurrente depuis que la tente (légère et peu contraignante sauf question sécurité) devient pénible (oui, j’ai abandonné la caravane aussi et même le vélo pour raison de santé).
    En tous cas, cet article remet mon envie de camping car sur la table ! c’est risqué pour mon compte bancaire mais que ça fait du bien au moral de pouvoir s’évader avec vous…

    • Carine

      Bonjour Corinne,
      C’est vrai qu’on lit des témoignages de gens ayant vécu des agressions. En près de 6 ans de pratique avec notre capucine, dont pas mal de bivouacs, jamais eu de soucis. Et mon mari en fourgon aménagé pendant 20 ans dans sa jeunesse, non plus. On fonctionne au feeling, si on ne se sent pas rassurés à un endroit, eh bien on file ailleurs, même si on était bien installés. Après, ça peut certainement arriver. Comme une agression dans la rue, comme le cambriolage de la maison… on n’élimine pas tous les risques.
      En tout cas, ravie que vous puissiez vous évader à la lecture de nos articles. En attendant de franchir le pas 😉

  • MarcB

    Une anecdote individuelle et la faute à «pas de chance».

    Comme je disais par ailleurs, avec notre Kombi T3, nous avons beaucoup pratiqué en famille, à quatre, le camping sauvage dans les années 1975-1985, sans jamais avoir le moindre problème… mais nous avions avec nous un 5e passager : un Briard, très trouillard et qui aboyait dés la moindre approche suspecte à ses yeux par ailleurs cachés sous ses longs poils.

    En 2011, la nostalgie nous a fait replonger – à deux cette fois – pour un T4 Joker Wesfalia superbement restauré. 

    En 2013, nous cherchions un emplacement pour passer la nuit.
    C’était pas en Afghanistan ni en Afrique mais…dans les environs de Sisteron et nous nous sommes arrêtés sous les rempart de la Citadelle parmi une flopée de camping-car sur un parking dédié qu’on trouvait rassurant.
    Au milieu de la nuit, la serrure avant a été crocheté (facile sur ces anciens Kombi) et sans que l’on entende quoi que ce soit, «on» nous a volé tout ce qui se trouvait à l’avant (téléphone, GPS, portefeuille, jumelles etc. environ 600 euro de préjudice… à 50 cm de nos pieds endormis.
    Chapeau l’artiste ! qui avait des principes, car sur le muret contre lequel nous stationnions, au matin j’ai retrouvé le portefeuille vidé de ses espèces mais avec les Cartes Bleues et les papier bien rangés. De même les objets inutiles y étaient alignés proprement (guides, cartes, livres etc.)
    Vous me direz que j’ai le sommeil lourd… possible, mais pas mon épouse qui s’était réveillé et m’avait demandé si je n’avais pas entendu claquer la portière. Me voulant assurant je lui avais alors répondu d’une voix pâteuse : «Meu non, c’est le vent» et c’est vrai il y avait beaucoup de vent qui en plus d’être bruyant faisait osciller le Kombi.
    Ma dignité de mâle protecteur en a pris un coup cette nuit là.
    Les gendarme chez j’ai qui j’ai déposé une plainte m’ont dit d’un air désabusé que bivouaquer là sur cette route fréquenté entre Lyon et Marseille… c’était chercher les ennuis.
    L’esprit «routard» n’existant plus comme nous l’avions constaté depuis un moment, cet incident nous a dégoûté définitivement et j’ai revendu notre beau Kombi quelques semaines plus tard.
    Pas de conclusion ni de morale généralisante à cette anecdote, c’était juste un manque de bol.

    • Carine

      Merci pour le récit de votre expérience Marc. Le vol pendant que l’on dort… même procédé que pendant de nombreux cambriolages de maison.
      Je comprends fort bien que cela ait mis un coup d’arrêt à vos escapades en Kombi, malheureusement.
      Les endroits isolés sont peut-être plus surs car s’il y a peu d’habitations, il y a aussi peu de risques que des rôdeurs trainent dans le coin… mais aucune science exacte en la matière évidemment.

  • MarcB

    Zut ! on peut pas revenir dans un commentaire pour corriger les fautes… alors fermez les yeux 😉

  • Agathe Rocher

    Merci Carine pour cet article, c’est le premier que je découvre de ce blog !

    Il est vrai qu’on pense souvent que camping-car rime avec liberté. C’est vrai mais il y a aussi des contraintes, c’est bien de le rappeler !

    Bonne journée

    @agatheroc_ecriture

    • Carine

      Une fois que l’on connaît les contraintes et que cela nous convient malgré tout, alors c’est quand même le pied !
      Merci pour votre passage sur le blog Agathe, au plaisir de vous revoir dans le coin 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.