Visiter la Camargue gardoise en 6 étapes
FRANCE

6 étapes en camping-car dans la Camargue Gardoise

Partager l'article
  • 391
  •  
  • 11
  •  
    402
    Partages

Reconnu Grand Site de France depuis 2014, la Camargue gardoise offre un paysage superbe façonné par les eaux, à la fois douces, salées et saumâtres. On y navigue entre étangs, marais, fleuves, canaux et littoral méditerranéen.

Seul débouché maritime du département, ce site associe huit communes et le conseil départemental du Gard dans le but avoué de préserver un environnement naturel et patrimonial fragile, tout en le valorisant auprès du grand public de manière responsable.

On accède facilement à cette région depuis l’A9 qui relie le sillon rhodanien aux Pyrénées-Orientales, ou par la N113 qui va de Nîmes à Montpellier. De belles mais très empruntées routes départementales vous permettent ensuite d’atteindre la principale ville du site, Aigues-Mortes.

Nous y sommes allés aux vacances de printemps au cours de notre découverte expresse du Languedoc. Nous n’y sommes restés que deux petites journées pour visiter Aigues-Mortes et ses proches environs. Une superbe escapade à une saison plutôt propice, avec le retour du soleil et des premières chaleurs, mais avant l’arrivée des hordes de touristes.

Si vous souhaitez découvrir une région à la biodiversité surprenante, aux traditions locales fortes et une gastronomie originale aux influences terre et mer, n’hésitez plus !

Plongez-vous dans l’article ci-dessous !

1. La visite d’Aigues-Mortes

Connue pour ses marais salants depuis l’Antiquité voire le Néolithique, Aigues-Mortes doit surtout son essor à Saint-Louis, roi de France au milieu du XIIIe siècle. C’est ce dernier qui est à l’origine de la construction des fortifications de la ville, symboles de la cité encore visibles aujourd’hui.

Où stationner en camping-car à Aigues-Mortes?

Le stationnement est très réglementé sur Aigues-Mortes et il n’est possible de s’y garer en camping-car que sur un seul des parkings de la ville.

Il s’agit du P4, situé au pied des remparts (GPS 43.565800,4.195790). Le tarif n’est pas donné (2,40 € la première heure, puis 2 €/h jusqu’à la 6° heure, puis 1,60 €/h jusqu’à la 12° heure et enfin gratuit de la 12° à la 24° heure soit un maximum de 22 €/24 h).

Cependant, vous êtes à deux pas de la vieille ville, de ses commerces et de ses restaurants. Il est également possible d’y passer la nuit. L’organisation est un peu anarchique et il est certainement difficile d’y trouver une place en été, au milieu des voitures qui peuvent aussi y faire halte.

Les remparts d’Aigues-Mortes et la tour Constance

Les remparts d'Aigues-Mortes (Camargue)

Pour plonger dans le passé médiéval de la cité, il est indispensable d’en parcourir les remparts qui l’entourent et de visiter la tour Constance. Ces vestiges du XIIIe siècle magnifiquement conservés sont gérés par le Centre des Monuments Nationaux.

On peut réserver des billets coupe-file pour accéder au site sans attente, au même tarif qu’aux billetteries situées sur place (8 €). C’est très pratique en haute saison lorsque la foule se densifie. Autre avantage, les mineurs accompagnés de leur famille ne payent pas l’entrée, tout comme les ressortissants européens de 18 à 25 ans, les personnes handicapées et les demandeurs d’emploi (règle qui prévaut dans l’ensemble des Monuments Nationaux en France).

La balade historique commence au niveau du logis du Gouverneur, au pied de la tour Constance, à l’angle nord des murailles. On peut y voir un film sur le passé de la cité avant de débuter le circuit pédestre.

Les 1640 mètres de fortifications offrent de magnifiques points de vue, tant sur la vieille ville que sur les paysages environnants comme les marais et les salins. On y découvre tout du long, les anciennes tours de garde et les portes d’accès à la cité. Seuls les douves et le château royal manquent à l’appel, par rapport à l’ouvrage fini par Philippe le Bel en 1300.

Vue sur les étangs autour d'Aigues-Mortes, Camargue

Pour terminer, dirigez-vous vers la tour Constance, dernier vestige du château érigé par Saint Louis. On entre dans la salle des Gardes par le rez-de-chaussée, une immense pièce circulaire à l’impressionnante voûte, défendue par une porte doublée d’une herse. On atteint ensuite la salle des Chevaliers par un escalier à vis.

Cet ouvrage est construit dans l’épaisseur des murs mesurant ici plus de 6 m. !

Cette dernière est la jumelle de la précédente et servit de prison au XVIIIe siècle.

Enfin, par une volée de marches supplémentaires, on débouche sur la terrasse surplombée d’une lanterne. Elle offre une vue panoramique sur les remparts et la vieille ville, avec les paysages camarguais en toile de fond.

La vieille ville

En sortant des remparts et de la Tour Constance, promenez-vous dans les ruelles de la cité fortifiée, tout autant pour leur animation que pour leur cachet ancien.

Rendez-vous sur la place Saint-Louis où trône la statue du fondateur de la ville. À l’ombre des platanes ou des parasols des terrasses, c’est le lieu idéal pour faire une pause.

Les passionnés d’art religieux peuvent se rendre aux chapelles des Pénitents Blancs et des Pénitents Gris, ouvertes pendant la haute saison (se renseigner au préalable).

Sortez de la cité d’Aigues-Mortes par la Porte de la Marine pour vous rendre au bord de l’étang de la ville et profiter ainsi d’une superbe vue sur les fortifications. Préférez la soirée pour vous y rendre afin de bénéficier de la meilleure lumière.

🍨🍦🥧🍰🧁🍪🍩 Si vous êtes gourmand en spécialités sucrées autant que nous, impossible de quitter la ville sans avoir goûté à la fougasse locale. Nous sommes tombés dessus par hasard, au gré d’une fringale vespérale.

Le charme a de suite agi.

Si bien, que le lendemain matin, ayant stationné au pied des remparts, je me suis levé en douce pendant que tout le monde dormait dans le camping-car, pour aller en racheter une fournée. Celle de la boulangerie Olmeda, rue Émile Jamais a reçu l’approbation collégiale de la famille. Goûtez-y !

Bon à savoir

Si vous venez sur Aigues-Mortes par temps de grosses chaleurs ou de fort mistral, prenez vos précautions pour faire la visite des remparts où vous aurez peu d’endroits pour vous abriter des rayons du soleil ou des rafales de vent. Tenez-le-vous pour dit !

2. La visite de la Marette, Maison du Grand Site de la Camargue Gardoise

À deux pas des remparts d’Aigues-Mortes, le Syndicat Mixte Camargue Gardoise a bâti sa Maison d’accueil près de l’étang de la Marette. On y découvre au sein d’un écomusée, l’histoire de la région et les traditions locales et on peut y observer une partie de la faune et de la flore typique de la Petite Camargue grâce à un sentier découverte.

Où stationner en camping-car sur le site de la Marette ?

Il est possible de se garer en journée à la Maison du Grand Site (GPS 43.559714, 4.183389). Attention, c’est un petit parking où il n’y a pas d’emplacements prévus pour camping-car. En haute saison, il est peut-être compliqué d’y trouver une place.

L’autre solution est d’utiliser le parking P4 d’Aigues-Mortes (voir coordonnées ci-dessus) et de prendre les vélos pour rejoindre le site en une dizaine de minutes. C’est aussi possible à pied, comptez alors une demi-heure de marche (fait avec les enfants). Dans les deux cas, protégez-vous bien du soleil méditerranéen et apportez de l’eau, car il y a peu d’ombre sur le trajet.

La Maison du Grand Site

À l’entrée du site de l’étang de la Marette, faites un tour par le centre d’accueil pour préparer votre découverte des marais avec le personnel présent sur place. Vous pouvez aussi réserver auprès d’eux une visite guidée avec un spécialiste de cet environnement si particulier. Dans ce cas, vous aurez une participation à payer, sinon, en individuel, c’est gratuit.

Ne manquez pas la partie muséographique de la Maison. Elle vous explique au moyen de cartes, dessins, films et panneaux d’informations, l’impact des activités humaines au cours de l’histoire sur la formation du paysage caractéristique de la Camargue gardoise.

Le sentier pédagogique

Les flamants roses à la maison du Grand Site de la Marette

En sortant de la maison du Grand Site, engagez-vous sur les chemins à travers les marais qui vous conduisent jusqu’au bord de l’étang. La majeure partie du parcours se fait sur une large plateforme en bois sur pilotis qui permet de préserver ce fragile environnement. Tout le sentier pédagogique est adapté aussi bien aux poussettes qu’aux personnes à mobilité réduite.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Petite virée en camping-car dans le Périgord

De nombreux points d’observation ont été répartis sur le site pour vous offrir la chance d’admirer la faune locale. Munissez-vous de jumelles pour mieux identifier les flamants roses, grues, aigrettes et autres échassiers dans ces paysages de roselières bordées de prés salés.

3. La visite de la réserve du Scamandre

La réserve naturelle régionale du Scamandre est l’autre escapade nature incontournable du Grand Site de la Camargue Gardoise. C’est aussi un espace protégé qui tient lieu de refuges à de nombreuses espèces d’oiseaux. Il est parfaitement aménagé pour mettre en avant ses richesses ornithologiques.

Garer son camping-car au centre de découverte du Scamandre

Un petit parking (GPS 43.605684, 4.337411) est situé à l’entrée du centre de découverte et peut vous accueillir pendant les heures d’ouverture. Là encore, rien n’est prévu spécifiquement pour les camping-cars, mais si vous arrivez tôt, vous devriez quand même trouver une place.

Les sentiers de découverte

Une ancienne bergerie a été reconvertie en centre d’accueil à l’entrée du site et vous donne les renseignements utiles à l’observation des écosystèmes de la réserve. Elle tient aussi lieu de musée et de boutique.

Les sentiers de découverte débutent juste à côté. Plusieurs itinéraires sont possibles, plus ou moins longs au sein du parc.

Le parcours sur pilotis fait à peine un kilomètre et est accessible à tous, même aux personnes à mobilité réduite et aux poussettes. Vous y circulez au cœur du marais sur une plateforme en bois au-dessus des eaux et accédez à trois points d’observations et d’écoutes de l’avifaune.

Les deux autres sentiers vous font découvrir de nouveaux paysages comme les prairies ou les prés salés appelés ici sansouïres. Ouvrez bien l’œil pour voir ibis, aigrettes, butors, mais aussi martins-pêcheurs et colverts. Dans le premier étang, il est également possible d’observer des tortues.

Etang de Scamandre en automne, Camargue, France
Réserve naturelle du Scamandre en automne
Photo BiacheB / CC BY-SA

Bon à savoir pour les visites de la Marette et du Scamandre

Renseignez-vous auprès des points d’information des deux sites (ou sur leur site internet) avant de venir pour vérifier les horaires d’ouverture avec eux. La Marette est en principe fermée d’octobre à janvier et ne se visite alors que sur réservation. La réserve du Scamandre, quant à elle, est normalement ouverte toute l’année.

Deuxième précaution à prendre, vous êtes ici en zone humide et chaude en été, donc pensez à vous munir d’un répulsif à moustiques. Ils sont plutôt virulents dans la région.

4. Excursion dans les salins

Depuis les remparts sud d’Aigues-Mortes, il est impossible de ne pas remarquer les montagnes blanchâtres qui brillent au soleil et surgissent à l’horizon en formant le seul relief des environs. Même si elles donnent l’image d’une curiosité naturelle, c’est bien la main de l’homme qui les a façonnées. Car il s’agit ici de sel, d’un monticule de sel, l’or blanc de Camargue. Et quoi de mieux qu’une excursion dans les salins pour découvrir la culture de ce produit d’exception ?

Montagne de sel, salins d'Aigues-Mortes, Camargue

Où stationner en camping-car pour visiter les salins ?

Les salins d’Aigues-Mortes disposent d’un grand parking accessible à tous pendant les horaires d’ouverture au site (GPS 43.557469, 4.182414). Il est donc plutôt simple de s’y garer en camping-car et vous pouvez même y pique-niquer à l’ombre.

Le circuit en petit train des salins d’Aigues-Mortes

La visite du site peut se faire de quatre manières différentes : à pied, en VTT, en 4×4 ou en petit train. Ce dernier moyen de locomotion est le moins cher et le plus utilisé (comptez une dizaine d’euros par personne pour un circuit d’une grosse heure). Si vous êtes avec des enfants, succès garanti !

Si vous préférez la promenade à pied ou en VTT, vous avez l’obligation d’être accompagné par un guide, c’est payant et à un tarif plus élevé qu’avec le petit train.

L’exploitation actuelle occupe une grande partie du marais de Peccais, dont le nom provient du premier ingénieur romain Peccius qui mit en place cette activité au début du premier millénaire.

Les salins d'Aigues-Mortes en Camargue

Pendant la balade, vous suivez les différentes étapes qui amènent le sel des eaux de la Méditerranée jusqu’aux tables salantes où il est récolté. Les teintes roses dues à la présence d’une algue microscopique illuminent les nombreux bassins de rétention tout comme les canaux d’irrigation. L’ascension d’une camelle, ces piles de sel gigantesques qui servent de stock, vous permet de surplomber le site et de profiter d’un panorama exceptionnel sur les marais et les remparts d’Aigues-Mortes.

Vue sur les remparts d'Aigues-Mortes depuis les salins

La dernière étape vous mène à l’expo-boutique du salin où vous découvrez l’histoire et les outils des sauniers, ces récoltants du sel de marais qui œuvrent ici depuis des millénaires. Prenez le temps de goûter les spécialités vendues sur place et surtout la fleur de sel. Cette écume de cristaux de sel est ramassée par le paludier à la surface des bassins lorsque le soleil et le vent en rendent possible sa formation au cœur de l’été. Ses saveurs et sa finesse en font un condiment de choix à posséder dans toutes les cuisines dignes de ce nom !

Lors de notre passage, des colonies de flamants roses peuplaient encore les salins. Le petit train prend le temps de s’arrêter pour vous faciliter la prise de vue de ces magnifiques oiseaux.

Pour aller plus loin : associer cette visite avec la découverte d’une manade

Pour approcher de plus près les traditions camarguaises, vous pouvez compléter votre excursion aux salins avec l’observation d’une manade, ces troupeaux de taureaux ou de chevaux sauvages, pâturant en semi-liberté et surveillés de loin par des gardians à l’œil aiguisé.

Certains mas vous proposent de découvrir leur activité en partageant différentes étapes de cet élevage bien particulier. Vous pouvez aussi en profiter pour y goûter une des spécialités culinaires gardoises : la gardiane ou daube des gardians, une préparation de viande de taureau en sauce cuite au vin rouge. Accompagné de riz de Camargue, c’est un plat typique et 100 % local.

Pour approfondir le voyage en traditions camarguaises, vous pouvez aussi lire Du Petit-Rhône à la Grand’Bouche, un livre écrit par un enfant du pays qui honore sa région.

5. Promenade dans les marais de la Carbonnière

Au nord de la ville d’Aigues-Mortes, une zone marécageuse a été aménagée par le syndicat mixte de la Camargue Gardoise pour y découvrir sa faune et sa flore, mais aussi son patrimoine architectural avec la tour Carbonnière.

Où stationner en camping-car pour visiter les marais ?

Un petit parking situé entre le pont sur le canal du Rhône et la tour Carbonnière (GPS 43.589602,4.210030) peut accueillir quelques camping-cars, mais le nombre d’emplacements est vraiment limité. Comme d’habitude, arriver tôt devrait vous permettre de trouver une place en haute saison, et pensez à vous garer de manière adéquate pour pouvoir sortir sans encombre et ne pas gêner les autres usagers du parking.

Autre idée sympathique si vous êtes stationné au P4 d’Aigues-Mortes décrit plus haut, prenez les vélos et longez le canal du Rhône sur la voie verte ViaRhôna pour rejoindre les marais. En un peu plus de 5 km et 20 min de coups de pédale, vous serez à destination. C’est aussi possible de le faire à pied, mais il faut alors compter près d’une heure de marche.

Le sentier sur les marais de la Carbonnière

Un ponton en bois mène du parking vers la tour Carbonnière au-dessus des étangs. Profitez des débuts ou des fins de journée pour observer au mieux la faune locale composée en grande partie d’oiseaux (grues cendrées, aigrettes ou poules d’eau, mais aussi milans noirs et faucon hobereau), mais aussi de quelques mammifères comme le ragondin. Vous pouvez également voir au loin les troupeaux de chevaux semi-sauvages des manades qui vivent aux alentours.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le Cap d’Erquy – Cap Fréhel en camping-car

La tour Carbonnière est contemporaine des remparts d’Aigues-Mortes et servit de poste d’avant-garde, puis de point de péage sur la route du sel. Le plus intéressant est d’emprunter l’escalier à vis pour atteindre la terrasse de l’édifice et jouir alors d’un magnifique point de vue sur les marais, la cité fortifiée d’Aigues-Mortes et les paysages de la Petite Camargue.

Vue sur les marais depuis la tour Carbonnière

6. Faire un tour à la plage : le cordon dunaire de l’Espiguette

À côté de la très urbanisée station balnéaire du Grau-du-Roi s’étend un site naturel classé exceptionnel sur les rives de la Méditerranée. Les dunes et la plage de l’Espiguette sont un havre de paix pour les visiteurs souhaitant profiter du bord de mer dans un cadre préservé.

Se garer en camping-car à proximité de la plage de l’Espiguette

C’est le gros point noir de ce site. Il existe pourtant bien un immense parking, celui des Baronnets (GPS 43.483200,4.146030) à deux pas des dunes.

Le problème : il n’est pas ouvert toute l’année. Hors saison, une barre de hauteur à 2 mètres empêche l’accès au site.

Il est accessible aux camping-cars d’avril à septembre seulement. Et uniquement aux horaires d’ouverture de la station de paiement. Ceci pour un prix assez exorbitant de 15 € la journée.

De plus, la route et la zone de stationnement sont en mauvais état et il n’y a absolument aucun service (ni eau ni toilettes), à par quelques poubelles.

Découvrir la plage de l’Espiguette

Depuis le parking des Baronnets, on parvient en quelques minutes au milieu des cordons dunaires.

Phare et dunes de l'Espiguette, petite Camargue, grand site de France
Phare et dunes de l’Espiguette
Photo : Gonedelyon / CC BY-SA

En déambulant dans ce paysage singulier, au premier abord plutôt monotone et plat, on découvre au fur et à mesure différentes formes de dunes.

Les barkhanes, proches de la mer, forment des croissants de lune que le vent sculpte au gré de ses humeurs. Ces dernières protègent les écosystèmes situés en deuxième ligne et renforcent l’impression d’être dans un lieu complètement sauvage et isolé.

Au-delà, on retrouve donc des dunes fixées, car une végétation souvent rase mais tenace s’y accroche et pérennise l’ensablement.

Tout au fond, on peut même observer quelques résidus de dunes boisées, comme près du phare de l’Espiguette où des pins pignons résistent avec courage aux dures conditions climatiques.

Et, enfin, il ne faut pas bouder son plaisir en allant profiter de cette immense plage de sable fin de 10 km de long sur plusieurs centaines de mètres de profondeur. On peut s’y promener ou piquer une tête dans la Méditerranée. La zone est si vaste qu’il y en a pour tous les goûts : textile comme naturiste, jeux en famille ou entre amis comme spot isolé propice à l’introspection. À vous de choisir !

Les points de chutes pour séjourner en camping-car dans la petite Camargue

La Camargue gardoise en camping-car
Épinglez-moi sur Pinterest pour retrouver l’article quand vous en aurez besoin !

Entre parking et aires de camping-car : plusieurs options à Aigues-Mortes et dans ses environs

1. Parking pour la nuit à Aigues-Mortes

Comme indiqué plus haut dans les parkings d’Aigues-Mortes, il est possible de dormir sur le P4.

Pour le tarif, c’est 22 € pour 24 h.

L’avantage est d’être tout proche de la ville et de ses animations, mais aussi de la plupart des sites à visiter.

L’inconvénient réside plutôt dans l’organisation générale du stationnement, sans délimitation précise ni zone prévue spécifiquement pour les camping-cars. Les mercredis et dimanches, jours de marché, il peut y avoir une foule impressionnante de voitures collées à vous et cela peut compliquer radicalement la sortie de votre véhicule. Mieux vaut alors patienter jusqu’à l’après-midi pour vous échapper.

Il est possible de faire les vidanges et le plein d’eau gratuitement, près des toilettes publiques, le long du boulevard Diderot. C’est une aire de services avec borne artisanale plutôt bien faite.

2. Aire de camping-car privée

Une aire de camping-car privée est installée à l’écart d’Aigues-Mortes, à environ 3 km des remparts. Il s’agit de l’aire des Poissons d’Argent (GPS 43.562203,4.164667), située près de l’étang de la Marette, de l’autre côté de la Maison du Grand Site.

C’est une ferme aquacole qui propose 74 emplacements pour les véhicules de passage au bord de ses étangs. La nuit vous coûte 11 € avec l’eau potable et les vidanges eaux grises / eaux noires, et 15 € si vous ajoutez l’électricité. Dans les deux cas, vous avez aussi accès gratuitement à la zone de pêche en eau salée où vous pouvez trouver des dorades royales et des loups (pas le canidé, mais le poisson appelé aussi bar en dehors du bassin méditerranéen). Comme vous êtes entouré de marais et d’étangs, attention aux moustiques, parfois très voraces !

Concevoir une nouvelle barrière contre les moustiques en ajoutant des moustiquaires “maison” en suivant le tuto !

Un restaurant situé à proximité propose de nombreuses spécialités locales comme les moules à la graulenne bien relevées d’aïoli, des fritures de jols, des huîtres de Bouzigue ou la rouille graulenne à base de poulpe et de pommes de terre. Certains plats sont également vendus à emporter.

3. Aires d’accueil chez des viticulteurs

Pour découvrir une autre facette de tradition gardoise, il est possible de passer une nuit au Domaine de Montcalm (GPS 43.572707,4.313255). C’est une propriété viticole en appellation Sable de Camargue et Pays d’Oc qui produit des blancs, des rosés et des rouges, tous en agriculture biologique.

La nuit est gratuite, mais il n’y a aucun service.

N’hésitez pas à faire un tour au caveau pour faire une dégustation et remercier les hôtes de leur accueil.

Autre choix du même type, le Caveau du Chêne (GPS 43.572361,4.304026) propose de dormir au milieu des vignes à l’ombre des pins. Encore une fois, c’est sans services mais gratuit, donc allez faire un tour à la boutique pour découvrir les spécialités locales et saluer les accueillants.

La petite Camargue en camping-car
Embellissez votre Pinterest en épinglant cette image !

L’option camping à Aigues-Mortes ou au Grau-du-Roi

Pour faire simple, je ne vous propose rien dans cette section, car je n’ai pas trouvé de campings avec un bon rapport qualité-prix dans la région. Ce n’est pas que l’offre soit rare (surtout au Grau-du-Roi, il n’y a qu’un seul camping à Aigues-Mortes), mais c’est :

  • soit très cher pour avoir de vrais agréments (autour des 70 à 80 € la nuit en haute saison pour une famille de 4 ou 55 € à 65 € pour 2)
  • soit plus économique (quand même autour des 40 € la nuit en été en famille et 30 € en couple), mais avec seulement des sanitaires en bonus par rapport à une aire de camping-car. En plus, dans ce cas, ils sont proches des grandes routes et loin des plages.

Pour trouver des perles rares, il faut donc venir hors saison ou s’aventurer un peu plus dans l’arrière-pays.

La petite Camargue en camping-car en un clin d’œil

Voici en image, notre avis sur des vacances en Camargue à bord de votre véhicule aménagé. Assurément un territoire qui plaira à toute la famille pour la diversité de ses offres, l’observation de la faune, les pauses à la plage.

Et vous, cher camping-cariste ou vanlifer, connaissez-vous la Camargue gardoise ? Quels sont vos coups de cœur et points d’étape favoris ? Dites-nous tout en commentaire !

La Camargue gardoise en camping-car
Cliquez sur l’image pour l’agrandir et épinglez-la sur Pinterest !

Partager l'article
  • 391
  •  
  • 11
  •  
    402
    Partages
  •  
    402
    Partages
  • 391
  •  
  •  
  • 11

10 commentaires

  • Bibiane Baillargeon

    Wow! Vous me faites découvrir le sud de la France d’une autre manière. C’est de toute beauté et fait changement de la fameuse côte d’Azur touristique que j’ai découverte il y a bien longtemps, en 1981. Du Québec, bonne journée.

    • Carine

      Bonjour Bibiane !
      Je suis heureuse de vous lire. Vous nous avez suivis même sur ce nouveau blog ! Merci d’être une aussi fidèle lectrice ! Certainement une des plus assidue (France et Québec confondus) !
      Il y a de magnifiques espaces naturels dans le sud de la France, sur la côte ainsi que dans l’arrière-pays. La côte ultra-touristique est une des multiples facettes de ce coin de France, un des aspects que nous avons tendance à fuir 😉
      Dès l’instant où on approche de la mer (ou de l’océan comme chez nous dans le Sud-Ouest), on est plus tranquille pour visiter aux demies-saisons quoi qu’il en soit.
      Bonne journée !

  • Nico06

    Cet article me donne vraiment envie de re-découvrir cette région authentique et préservée de “mon” sud… Des Alpes-Maritimes, donc à deux pas, j’avoue ne pas suffisamment penser à visiter les alentours !! Merci

    • Carine

      C’est souvent comme ça ! On part au bout du monde alors que l’on ne connaît pas les merveilles qui se situent à 2 pas de chez nous… C’est aussi mon cas 🙂

  • Florian

    Merci pour ce bel article, il n’y a plus qu’à prendre le volant. Après cette période de confinement ça donne envie. D’après vous est-il mieux d’acheter ou de louer son camping car ?
    Merci d’avance

    • Carine

      Bonjour Florian 🙂
      Acheter ou louer ?
      Si ce mode de voyage vous plaît, je pense qu’il vaut mieux acheter. Ainsi vous aurez un véhicule à votre image, avec votre équipement, toujours prêt à partir.
      Si vous voulez tester avant pour être sûr et certain que le voyage avec votre véhicule peut vous plaire, alors la location sur quelques semaines peut être utile afin de confirmer votre choix avant d’investir dans votre propre van ou camping-car 🙂

  • François-Xavier

    Merci pour ces explications détaillées. Les photos et les textes sont très agréables à découvrir et à lire en plus. Je note tout ça pour une prochaine escapade en van aménagé 😉 !

  • marionsoulet

    Super article ! Moi qui habite depuis peu dans le Gard et franchement propriétaire d’un vieux camping car, vous me donnez encore plus envie de découvrir cette belle région. Merci pour vos infos précises et très claires.

    • Carine

      Vieux camping-car ou flambant neuf, peu importe. C’est la liberté qui compte 🙂
      Bonne route Marion !
      Merci d’être passée par là. Et à bientôt, sur le blog ou sur les routes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

​OFFERT ! Votre guide des escapades nature en France