Le Grand Site de France du Cap d'Erquy - Cap Fréhel en camping-car
FRANCE

Le Cap d’Erquy – Cap Fréhel en camping-car

Partager l'article
  • 93
  •  
  • 51
  •  
    144
    Partages

Le Cap d’Erquy – Cap Fréhel est reconnu Grand Site de France depuis 2019. Cette portion de littoral breton des Côtes-d’Armor offre un paysage splendide et préservé entre falaises de grès, champ de bruyères, plage de sable fin et criques rocailleuses.

Autre atout de taille : les camping-cars sont les bienvenus.

Situé à l’extrémité ouest de la côte d’Émeraude, ce territoire composé de 4 communes dynamiques (Erquy, Plurien, Fréhel et Plévenon) est essentiellement tourné vers l’agriculture qui a largement façonné ses paysages.

Le syndicat mixte en charge du site met tout en œuvre pour concilier la sauvegarde du patrimoine naturel, paysager ou culturel, et le développement touristique.

Le projet inclut l’accueil des vacanciers en camping-car qui ont ici la chance d’accéder à la plupart des points d’intérêt de la région avec leur véhicule.

Si vous voulez trouver une escapade nature avec de beaux paysages, quelques visites, de la bonne gastronomie, des activités en pagaille, n’allez pas chercher ailleurs !

Simplifiez la préparation de votre itinéraire grâce aux informations pratiques de cet article. Elles sont nombreuses !

On accède facilement à cette région depuis la N12 qui relie Rennes à Brest ou par la N176 depuis le Mont-Saint-Michel. Les départementales qui rejoignent le site sont agréables et bien adaptées aux camping-cars.

Nous y sommes allés au cours de l’été 2019 lors de notre Grand Tour de Bretagne, et nous n’y sommes restés qu’une journée pour faire une randonnée autour du Cap Fréhel.

Avec le recul, c’est bien trop peu pour profiter pleinement du site. Tant pis, ce sera une bonne raison d’y retourner !

Suivez le guide, on vous emmène !

La visite du Cap Fréhel

Le meilleur moyen de visiter cet espace naturel reste d’emprunter une partie du sentier des douaniers, le fameux GR34 qui fait le tour des côtes bretonnes. En ces lieux, il serpente le long des à-pics rocheux, au milieu des landes ou en surplomb des cordons dunaires.

Où stationner en camping-car au Cap Fréhel ?

Il existe trois possibilités de stationnement selon vos envies et vos besoins.

Pour être au plus proche du cap Fréhel, un parking payant (5 € les 3 h) avec une peu moins d’une dizaine d’emplacements est situé un peu avant le phare (GPS 48.681099,-2.317350). Il est pratique pour ceux qui ne veulent y faire qu’un petit tour, mais, vu le nombre de places, mieux vaut arriver de bonne heure en haute saison.

La deuxième option consiste à se garer au parking de Fort La Latte (GPS 48.664398,-2.291810) qui est, quant à lui, gratuit. Il n’y a pas vraiment de places réservées aux camping-cars. Suivant votre gabarit, engagez-vous dans l’allée en face de la route d’accès et stationnez en marche arrière (jusqu’à 6,50 m, cela passe). Pour les plus gros, il y a toujours la possibilité de prendre à droite tout au bout de cette allée pour trouver un emplacement plus long à côté des bus.

Là encore, premier arrivé, premier servi, donc arrivée matinale conseillée. C’est le parking idéal pour les randonneurs à la journée (ce fut notre choix en juillet 2019 lors de notre venue).

Entre champs et océan, près du parking de Fort La Latte
Une belle vue sur la campagne environnante et locéan depuis le parking de Fort La Latte

Le dernier point de chute envisageable est l’aire de camping-car de Plévenon (GPS 48.655969, -2.328365) située à la sortie du village en direction du Cap Fréhel, à proximité des locaux du syndicat mixte. Il est, lui aussi, gratuit, et surtout, vous pouvez y passer la nuit, contrairement aux deux précédents. Il est toutefois beaucoup plus loin de la côte, mais à deux pas des quelques commerces et restaurants du bourg de Plévenon.

Fort La Latte

Pour les amoureux d’histoire, commencez la balade par la visite du château de la Roche Goyon appelé aussi Fort La Latte. On y découvre les vestiges merveilleusement entretenus d’une forteresse médiévale datant du XIVe siècle, témoin de l’histoire de la Bretagne puis de celle de France.

Le donjon de Fort La Latte au loin

L’entrée coûte 6,60 € par adulte et 4,40 € à 5,50 € pour les enfants. C’est un site privé qui ne doit sa restauration puis sa conservation qu’aux efforts de la famille Joüon des Longrais qui l’acquit en 1931, et aux subsides des touristes. La visite vaut le détour autant pour son intérêt architectural et historique que pour son cadre époustouflant qui le fait ressembler à la proue d’un navire de pierre.

Comptez une bonne heure pour en faire le tour et un peu plus si vous allez sur la plage en contrebas pour avoir un autre point de vue. Ne manquez pas le panorama sur la côte d’Émeraude depuis le sommet du donjon.

Le sentier des douaniers (GR34)

Juste avant l’enceinte du fort, empruntez le sentier sur votre gauche au milieu des ajoncs et des fougères. Il débouche rapidement sur une lande plus rase égayée par les fleurs roses et jaunes en été. Ces touches de couleur se mêlent aux falaises grise et brune, aux nuances de bleu du ciel et de l’océan, au blanc laiteux des embruns pour former un kaléidoscope lumineux.

Les couleurs du sentier des douaniers près du Cap Fréhel

Après avoir dépassé la pointe de la Pie, vos pas vous mènent vers l’immense anse des Sévignés qui rejoint le cap Fréhel. Avant de l’atteindre, faites halte au belvédère situé en face de la Fauconnière, un impressionnant piton gréseux aux allures de donjon. Il est le refuge de milliers d’oiseaux qui y cohabitent pour nidifier à la belle saison. Armez-vous de jumelles pour en profiter pleinement.

Vue sur le Rocher de la Fauconnière, réserve ornithologique du Cap Fréhel

On arrive ensuite au phare du Cap Fréhel. En réalité, il y a deux tours de vigie sur le site. La plus ancienne, reconnaissable à sa forme de double cylindre, a été érigée au tout début du XVIIIe siècle sous l’impulsion de Vauban. Celle-ci n’est plus en fonction. La seconde, de forme carrée surmontant un bâtiment en U, est en fait le troisième modèle implanté sur le site en 1950. Son cadet construit au milieu du XIXe siècle a en effet été dynamité à la fin de la Seconde Guerre mondiale, lors de la retraite de l’armée allemande.

Le sémaphore actuellement en service est l’un des cinq plus puissants de France et son fanal peut être aperçu à plus de cinquante kilomètres de distance.

Les phares du Cap Fréhel

Le GR34 poursuit sa route dans une succession d’éperons rocheux entrecoupés de plages de galets ou de sable. Les couleurs y sont extraordinaires lorsque le soleil se couche et éclaire les falaises de grès roses. La balade peut se poursuivre jusqu’à la pointe de La Guette pour profiter pleinement de la beauté sauvage de la côte (là aussi possibilité de stationnement diurne gratuit).

Le bon plan pour faire la balade depuis l’aire de camping-car de Plévenon

Une boucle d’une quinzaine de kilomètres appelée Des landes aux deux pointes permet de faire le tour complet du site. Elle a le gros avantage de partir du bourg de Plévenon, à deux pas de l’aire de stationnement et de services. Elle est certes, assez longue, mais ne réserve pas de difficultés particulières. Elle peut être parcourue en 5 à 6 heures, pauses non comprises. Par beau temps, cela promet une magnifique randonnée à la journée, avec une halte pique-nique vers l’une des deux pointes.

Ainsi, une fois la balade terminée, vous serez directement installé pour la soirée sans avoir à reprendre la route.

L'aire de camping-car de Plévenon, point de départ idéal pour une longue balade vers le Cap Fréhel
Bien installé pour partir en randonnée

La visite du Cap d’Erquy

Bien que moins connu que son voisin le Cap Fréhel, le cap d’Erquy est un site naturel classé depuis 1978 et propose des paysages ainsi qu’un patrimoine historique différents.

Le Grand Site de France du Cap d'Erquy - Cap Fréhel en camping-car

Où stationner en camping-car au Cap d’Erquy ?

Pour une visite à la journée de cette pointe, il existe trois possibilités de stationnement à peu de distance les unes des autres, mais aux caractéristiques particulières à prendre en compte selon la saison et votre véhicule.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Languedoc express en camping-car

Le premier est celui de la pointe du Cap d’Erquy, tout au bout de la rue du Four à Boulets (GPS 48.642101,-2.483510). C’est le plus proche de la côte mais aussi le plus petit. La voie d’accès n’est pas bien large non plus. Il vaut donc mieux éviter d’y aller avec un gros véhicule surtout en haute saison. En plus, le demi-tour tout au bout est difficile.

Le deuxième est celui de Lourtuais (GPS 48.641300,-2.471660), qui donne accès à la plage du même nom. Il est plus grand, les places n’y sont pas délimitées, ce qui facilite le stationnement, mais complique parfois la sortie lorsque les voitures se sont entassées un peu partout en été. Il est accessible par une route à sens unique étroite et bordée de petits poteaux bois. Attention aux virages serrés ou trop larges !

La dernière solution (GPS 48.641102,-2.463970) est la plus éloignée du littoral mais la plus facile d’accès et dont le stationnement est le mieux étudié pour nos gabarits. Elle est à peine à un kilomètre de la plage du Lourtuais et permet à une quinzaine de véhicules de se garer.

Tous ces parkings sont autorisés aux camping-cars en journée seulement (de 7 h à 21 h). Pour la nuit, voir les aires et campings mentionnés en fin d’article.

Le port d’Erquy

Débutez votre parcours au niveau du port d’Erquy. Ce dernier est célèbre pour la pêche des coquilles Saint-Jacques d’octobre à avril, mais reste aussi vivant tout au long de l’année avec une flottille de plus de 80 navires.

Port , Erquy. - panoramio

Pour les matinaux, une visite de la criée est possible en été et pendant les vacances scolaires à 6 h 30 afin de mieux connaître tous les tenants et aboutissants de cette activité.

Le sentier des Carriers

Pour accéder à ce parcours thématique d’à peine 2 km, prenez l’escalier à flanc de falaises en face du centre nautique et à deux pas de la Maison de la Mer. En quelques enjambées, vous vous retrouvez devant les lacs bleus, d’anciennes carrières de grès roses maintenant abandonnées. L’eau de pluie a comblé les bassins au fil du temps pour former des lacs dans lesquels le ciel bleu se mire, d’où le nom du site. En face de vous, un mille-feuille de roches se dessine sur la paroi et offre un condensé de cours de géologie.

Erquy - Le lac bleu

Le chemin se poursuit le long des falaises où de nombreux panneaux d’informations permettent d’en apprendre plus sur le dur labeur des carriers. Une grande partie de la population locale vécut de cette activité de la fin du XVIIe siècle aux années 1960. En flânant dans les ruelles d’Erquy, vous vous rendrez vite compte de la place incontournable du grès dans le patrimoine bâti du secteur.

Le circuit des plages sauvages

À la fin du sentier des Carriers, possibilité de poursuivre la balade si vous ne voulez pas revenir sur vos pas.

Au bout du front de taille, le chemin débouche sur un bâtiment en ruines, le four à boulet. Il servit à la fin du XVIIe siècle à chauffer à blanc les boulets de canon, ensuite expédiés sur les navires anglais pour y mettre le feu et leur souhaiter la bienvenue.

Cliff at Erquy - Crystal Waters - panoramio

En rejoignant la route en face de l’anse de Port blanc, on aperçoit un corps de garde, petit refuge de pierre abritant les soldats affectés à la surveillance de la côte. En regardant de plus près la baie située en dessous, on remarque que la plage est en fait composée de résidus des carrières toutes proches.

On y voit également l’ancien abri d’un canot de sauvetage en service de 1935 à 1966, ainsi que la pointe des Trois Pierres qui cache derrière elle trois éminences rocheuses découvertes à marée basse.

En étant très observateur, on peut aussi apercevoir sur ce plateau envahi par la lande, les formes adoucies de deux anciens talus distants d’un demi-kilomètre. Ce sont les restes d’un camp fortifié romain. Une carrière, une plage avec trois rochers, un camp romain retranché, cela ne vous rappelle rien ? Peut-être un village d’irréductibles Gaulois dont les plus célèbres habitants répondent aux patronymes d’Astérix et Obélix.

La petite histoire prétend que le site d’Erquy aurait inspiré Albert Uderzo, l’un des pères fondateurs de cette bande dessinée ô combien populaire. Il y a vécu quelques années pendant la Seconde Guerre mondiale avant d’y revenir en vacances avec ses parents, et il semble avoir été marqué par la beauté de ces lieux qui se retrouvent dans de nombreuses planches évoquant la vie de nos héros gaulois en Armorique.

Cap d'Erquy, Erquy, France-4

Le Cap d’Erquy se détache tout au bout de cette esplanade battue pas les vents où seule une végétation rase supporte ces conditions harassantes. Les falaises s’effacent peu à peu en rejoignant la plage du Lourtuais, pour laisser place à un cordon dunaire composé de sable et de terre et abritant de magnifiques espèces florales comme l’orchidée ou l’euphorbe.

En poussant jusqu’à la plage du Portuais, on profite encore des superbes paysages côtiers. De là, revenez au port d’Erquy par la dune boisée ou continuez vers l’Îlot Saint-Michel.

Jouer les prolongations : l’Îlot Saint-Michel

Pour ceux qui auraient encore un peu de jus dans les pattes, le sentier côtier peut être poursuivi le long de la plage du Guen pour atteindre celle de Saint-Michel. On arrive alors devant l’îlot éponyme, un peu moins connu et couru que son cousin normand, où siège la fameuse abbatiale.

Ilot Saint-Michel

Ici, il faut attendre la basse mer pour rejoindre la chapelle trônant au sommet de l’éminence rocheuse. On y accède par une chaussée naturelle de gros rochers ronds. La beauté des lieux et le panorama qui s’ouvre à 360° retiendront plus votre attention que l’édifice en lui-même.

L’astuce si vos jambes en ont ras le bol !

L’ensemble de ce circuit pédestre peut être découpé en plusieurs tronçons plus courts, car il entoure le grand parking décrit précédemment et peut donc faire l’objet de plusieurs boucles autour de ce dernier.

Entre les deux caps : l’estuaire de L’Islet

La station balnéaire de Sables-d’Or-les-Pins situé à cheval sur les communes de Fréhel et Plurien offre un autre visage sur cette portion de littoral et invite tout autant au farniente qu’à la balade.

Où stationner en camping-car aux Sables-d’Or-les-Pins ?

Il est possible de trouver quelques lieux pour garer votre camping-car au niveau de la bouche d’Erquy. Tous ont la particularité de ne pas être très grands ni très longs. Il faut donc arriver tôt en haute saison pour trouver une place.

  • Le premier se trouve au débouché du ruisseau de Léhen, à la fin de l’allée des Cottages (GPS 48.636454,-2.409034)
  • Le second un peu plus en amont de la rivière, en face du camping des Salines (GPS 48.631983, -2.414025)
  • Si on veut être plus proche de la plage, il n’y a qu’un seul parking, pour les véhicules assez courts et à faible empattement, au début de l’allée Rollan Brouard depuis la D34 (GPS 48.640499,-2.399690).

Balade de l’estuaire de L’Islet à Sables-d’Or-les-Pins

Pour profiter d’un bel aperçu de toutes les richesses naturelles de la région, une jolie promenade à faire à pied vous emmène des plages de sable blond aux prés-salés de l’estuaire.

En chemin, vous déambulez sur l’immense grève du Minieu. La légende dit que sa couleur dorée provient d’un trésor de lingot d’or englouti puis transformé en paillettes par les eaux tumultueuses. Ne venez pas avec votre tamis, vous reviendriez bredouille !

La plage des sables d'or - panoramio (4)

Puis vous atteignez la flèche dunaire protégée par une couverture florale d’oyats, de chiendents, de liserons et de chardons bleus. C’est le refuge de nombreux oiseaux que l’on peut facilement observer, surtout au lever et au coucher du soleil.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le Grand Site des Gorges de l'Hérault en camping-car

À marée basse, vous pouvez rejoindre la Roche du marais, un solide bloc de grès posé au milieu de l’estuaire. Il serait tombé de la chausse de Gargantua, en goguette sur cette côte. Vous pouvez alors continuer votre traversée pour gagner l’autre rive afin de faire une boucle.

Vous empruntez ensuite le pont des Marais et la passerelle de la Côtière pour enjamber L’Islet, ses roselières et ses prés-salés. Là aussi, ouvrez l’œil pour apercevoir aigrettes, courlis et bernaches.

Passerelle de la Côtière

Il ne reste plus qu’à remonter l’allée des Acacias pour retrouver le littoral et sa magnifique plage.

Bon à savoir

Tous les parkings indiqués ci-dessus sont situés au bord de ce parcours pédestre et vous pouvez donc utiliser chacun d’entre eux comme point de départ de la boucle.

Les activités sur le Grand Site

En plus des balades décrites ci-dessus, ce territoire propose de nombreuses activités.

Les adeptes du vélo ou du VTT y trouvent des voies dédiées ou partagées pour parcourir la région. C’est d’ailleurs un excellent moyen de locomotion entre les différents points incontournables du Grand Site Cap Erquy – Cap Fréhel. Cependant, interdiction d’emprunter le sentier des douaniers réservé aux piétons.

Les amateurs de randonnées équestres apprécieront l’Equibreizh, un sentier arpentant l’ensemble de la région Bretagne et qui traverse également le Grand Site. Des écuries locales peuvent aussi initier les débutants, enfants comme adultes, ou organiser des sorties un peu plus longues pour des cavaliers plus confirmés.

Si vous avez le pied marin, tentez une sortie en mer sur d’anciens gréements ou à bord de confortables navettes, à partir du port d’Erquy. Vous y découvrez la côte sous un autre angle et observez les nombreuses espèces d’oiseaux de plus près. Si vous souhaitez une approche plus écologique, optez pour le kayak de mer et faîtes du « rase-cailloux » au pied des falaises et des plages sauvages du Cap d’Erquy.

Pour une activité originale, essayez le char à voile sur la grande plage d’Erquy, sensations garanties !

Le Grand Site de France du Cap d'Erquy - Cap Fréhel en camping-car
Épinglez sur Pinterest !

Les spécialités locales

Qui dit côtes bretonnes, dit spécialités de la mer. À Erquy, ne passez pas à côté des coquilles Saint-Jacques qui font la renommée du port (d’octobre à avril seulement).

Dans la baie de Fresnaye, laissez-vous tenter par les « Huîtres de Bretagne Nord », qu’elles soient fines, creuses ou plates.

La baie de l’Arguenon, toute proche du Grand Site, est, elle, un peu plus connue pour la mytiliculture, même si l’ostréiculture y est aussi présente. L’été, une balade aux grandes marées organisée par l’office de tourisme permet de découvrir le cycle de vie des moules, de leur nursery aux alignements de bouchots.

Bonus pour les gourmands (dont je fais partie !)

Il existe une spécialité locale pour les becs sucrés, comme diraient nos cousins outre-Atlantique. Le Castin est une pâtisserie à base de praliné, de meringue, de crème pâtissière et de génoise, originaire de Saint Cast le Guildo d’où il tient son nom.

Obligation de se rendre sur place pour profiter de ce petit plaisir !

N’hésitez pas à arpenter les multiples marchés pour découvrir tous ces produits et bien d’autres encore : rillettes et conserves de la mer, légumes de saison, cidres de pomme, bières de brasseries artisanales, biscuits et caramels au beurre salé… et j’en oublie ! De quoi largement compenser les calories dépensées pendant vos balades et activités sportives.

Les points de chutes en camping-car

Les aires de camping-car à Plévenon et à Erquy

Pour découvrir la zone du Cap Fréhel, le meilleur emplacement est l’aire de camping-car de Plévenon (GPS 48.655969, -2.328365).

Elle consiste en un grand parking sur gravier aux emplacements non délimités. Elle peut accueillir une trentaine de véhicules, de tout gabarit. Une borne de service permet de faire le plein d’eau et les vidanges au moyen d’un jeton (5 €) en vente à la mairie et dans certains commerces.

Le coin est calme même si la route principale pour le Cap Fréhel passe à proximité (nous y avons passé une nuit très tranquille en juillet 2019, en haute saison). Il y a quelques commerces et restaurants à proximité, dans le bourg du village.

Le stationnement nocturne y est limité à une nuit mais, en contrepartie, il est gratuit.

Aire de camping-car de Plévenon
Un bel emplacement pour une nuit au calme

Pour visiter les environs du Cap d’Erquy, une belle aire (GPS 48.621399,-2.472310) a été aménagée par la mairie d’Erquy au bord de la plage de Caroual.

Il s’agit d’un grand parking bitumé pour une quarantaine de véhicules. Les emplacements sont matérialisés, pas très larges, mais avec suffisamment d’espace pour manger dehors même si vous êtes proche de votre voisin en pleine saison. La nuit coûte entre 8 € et 9 €, sans les services (hormis la vidange qui est gratuite). Pour profiter de l’eau ou de l’électricité, il faut débourser 2 € (100 l d’eau ou 1 h d’électricité).

Le centre d’Erquy est à un kilomètre et vous y trouvez tous les commerces nécessaires. Pour le port et la criée, comptez deux kilomètres et demi.

Attention, l’aire est souvent complète et la barrière d’entrée parfois capricieuse.

L’option camping à Erquy, Fréhel ou Plévenon

L’autre solution pour visiter le Grand Site est de s’installer dans l’un des deux campings municipaux au bord de la côte, autour de la pointe de la Guette.

Dans les deux cas, la situation est idéale :

  • De belles plages à deux pas (accès direct pour le second)
  • Le sentier des douaniers passe juste devant les deux structures
  • Le tarif est d’environ 20 € à 25 € la nuit en haute saison pour une famille de 4 avec électricité (autour de 15 € en couple sans électricité)

Toutefois, n’y venez pas pour les animations ou des prestations de haut standing, il s’agit de structures simples avec des sanitaires un peu vieillots et en petit nombre. Cela dit, ce n’est pas un problème en camping-car.

Attention, les deux campings ne sont pas ouverts toute l’année (avril à novembre pour le premier et avril à septembre pour le second).

Pour ceux qui veulent trouver une étape confortable avec un bon rapport qualité/prix, le Camping du Val (GPS 48.632401,-2.451540) à Erquy est une autre option.

Situé à l’intérieur des terres, mais à seulement un kilomètre du centre, il propose de grands emplacements entourés de haies, des sanitaires modernes et propres, une zone aquatique avec deux piscines dont l’une est couverte et chauffée, et une zone dédiée aux services pour camping-car. La nuit vous coûte entre 13 € et 30 € selon la saison et le nombre d’occupants.

Au vu des prestations, c’est plutôt bon marché.

Autre avantage, il est placé au milieu de tous les points intéressants du coin (sentier des carriers, cap d’Erquy, baie de L’Islet). À vélo, vous y serez en deux coups de pédales et à pied en moins de trois quarts d’heure.

Ce dernier camping à Erquy constitue peut-être le meilleur endroit où se poser pour découvrir toute la région, surtout si vous avez des enfants. S’il fait très chaud ou au contraire très moche, les piscines agrémentent agréablement le séjour.

Tout ce qu’il faut savoir sur la visite du Grand Site du Cap Erquy – Cap Fréhel en camping-car

Parce qu’une image peut être beaucoup plus efficace qu’un long discours, voici un résumé très visuel :

L'essentiel du Cap d'Erquy - Cap Fréhel pour voyager en camping-car
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Partager l'article
  • 93
  •  
  • 51
  •  
    144
    Partages
  •  
    144
    Partages
  • 93
  •  
  •  
  • 51

2 commentaires

    • Carine

      Même sous la pluie, la Bretagne est belle 🙂
      Mais bon, c’est vrai que nous aussi on préfère y être avec le soleil !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.