Le Mont-Saint-Michel en camping-car

Visiter le Mont-Saint-Michel en camping-car

Partager l'article
  • 55
  •  
  • 6
  •  
    61
    Partages

Classé depuis 1979 au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Mont-Saint-Michel est le site le plus visité de la région. C’est même celui qui voit défiler le plus de touristes en France après l’agglomération parisienne avec plus de 3 millions de visiteurs par an.

Il se situe au sortir du Couesnon qui marquait autrefois la frontière entre Bretagne et Normandie. Mais cet exceptionnel petit îlot rocheux est bien Normand 😊. L’abbaye qui occupe son sommet est gérée par le Centre des Monuments Nationaux.

Le site a fait l’objet de travaux colossaux achevés en 2015 afin de rétablir son cadre naturel et son insularité. Cela rend le lieu encore plus magique qu’il ne l’était autrefois, désormais libéré des verrues que constituaient les parkings à ses pieds.

Malgré son immense succès populaire et ses millions de visiteurs, la bonne surprise reste sa facilité d’accès pour les camping-caristes avec de nombreux points de chute à proximité.

Alors pourquoi s’en priver ?

Comment se rendre au Mont-Saint-Michel ?

Le Mont-Saint-Michel est placé au centre d’une magnifique baie et entouré d’une immense zone de polders. Pour y accéder, il n’y a donc pas vraiment le choix !

Il faut emprunter la D776 en provenance du sud ou la D275 qui arrive de l’est. Pour rejoindre ces deux axes, la plus grosse voie de circulation à proximité est l’A84 qui relie Rennes à Caen, mais plusieurs nationales bien roulantes permettent aussi d’y parvenir.

Le site est facile d’accès mais attention ! les camping-cars les plus imposants ne pourront pas stationner sur le parking visiteurs qui leur est réservé car la longueur des véhicules y est limitée à 8 mètres. Si vous êtes dans cette situation, il faut vous arrêter avant !

Voir le détail ci-après 😊

Où stationner en camping-car : les parkings autour du Mont-Saint-Michel

Depuis 2015 et après 10 ans de travaux, le Mont-Saint-Michel a retrouvé son cadre maritime avec la destruction d’une bonne partie de la digue route qui rattachait le continent à l’île et la suppression des nombreux parkings qui bordaient cet ouvrage. Ce projet pharaonique qui a beaucoup fait parler dans la région, a profondément modifié les abords du site et a complètement changé les modes de visite du lieu.

Mont-Saint-Michel

Le parking du site

Dorénavant le site de stationnement se trouve à 3 kilomètres du Mont, sur la commune de Beauvoir. Un parking, le P8 (GPS : 48.608405, -1.507973), est réservé aux camping-cars qui devront s’acquitter d’un forfait 24 h :

  • à 12,80 € en basse saison (du 1er janvier au 31 mars et du 1er octobre au 31 décembre)
  • à 18,60 € en haute saison (du 1er  avril au 30 septembre).

Attention, il y a une limite de gabarit à 8 m de long donc impossible d’y accéder si vous avez une remorque ou un long véhicule poids lourds.

De plus, il ne s’agit que d’un simple parking, interdiction d’y prendre ses aises et de compter sur des services pour les camping-cars.

Non loin du parking, part la navette « le Passeur » qui vous mène gratuitement au pied du Mont-Saint-Michel en 12 minutes. Elle fonctionne en continu de 7h30 à 18h00. En dehors de ces horaires, il existe une navette de substitution sur demande par téléphone.

Attention ! Nos amis les animaux ne sont pas acceptés dans les navettes, excepté les chiens transportés dans un sac ou panier adapté et les chiens guide ou d’assistance. Ils sont également interdits à l’Abbaye du Mont-Saint-Michel. Vous pouvez cependant vous rendre librement au Mont à pied avec des animaux de compagnie tenus en laisse. Si vous le souhaitez, un service de chenil est proposé.

Site de l’office du tourisme du Mont-Saint-Michel, consultation du 03/04/2021

Les aires camping-car autour du Mont-Saint-Michel

L’autre choix consiste à s’installer sur une des aires de camping-car à proximité.

Quitte à payer un tarif élevé pour la journée, nous avons préféré nous installer directement sur une aire, un peu plus éloignée du site mais qui propose, pour des tarifs semblables, un véritable emplacement et des services.

Aire camping-car de Beauvoir - Mont-Saint-Michel

Durant notre Grand tour de Bretagne, nous avions opté pour celle de Beauvoir, implantée le long du Couesnon, à 3 kilomètres des parkings du site. Nous avions alors parcouru cette distance à pied en bordure du fleuve sur un chemin piétonnier et cycliste, puis emprunté les navettes menant à l’îlot.

Il existe aussi une aire sur l’ancienne commune d’Ardevon (désormais commune nouvelle de Pontorson) appelée aire de la Bidonnière. Elle est située à la même distance des parkings, que l’on peut également rejoindre à pied ou à vélo, mais cette fois-ci sur une petite route, ce qui est moins agréable en tant que piéton.

Tous les détails sur les aires pour camping-cars un peu plus bas dans l’article.

Est-il possible de stationner gratuitement pour visiter le Mont-Saint-Michel ?

Pour stationner gratuitement en journée, rien à proximité.

Cependant, il existe des solutions pour les marcheurs et les cyclistes.

Une voie verte relie Pontorson au Mont-Saint-Michel le long du Couesnon (celle que nous avons empruntée depuis l’aire de Beauvoir pour nous rendre à pied sur le site). La circulation y est réservée aux marcheurs, cyclistes et cavaliers. Un beau et large chemin de 9 km jusqu’au pied de l’îlot, mais possibilité de prendre la navette pour les 3 derniers kilomètres 😊

La voie verte de Pontorson au Mont-Saint-Michel
La voie verte de Pontorson au Mont-Saint-Michel

Et justement, il est possible de vous garer gratuitement à Pontorson sur l’espace de stationnement mis à disposition à l’arrière du Carrefour Market. Les camping-cars y sont accueillis de manière tout à fait officielle. Il y a même une borne de services (payante) et vous pouvez y passer la nuit. Depuis le supermarché, vous êtes à 800 m de la voie verte.

Enfin, sachez également que le GR223, ou sentier des douaniers normand, aboutit au Mont-Saint-Michel. Les marcheurs trouveront peut-être où garer leur camping-car à proximité d’un départ de ce chemin de Grande Randonnée. Voir son tracé sur le site de l’office du tourisme de la Manche.

Que faire au Mont-Saint-Michel ?

L’abbaye du Mont-Saint-Michel

Tarif adulte 11 € — gratuit pour les moins de 26 ans originaires de l’Union européenne. Réservez ici votre billet coupe-file !

Surnommé la « Merveille de l’Occident » depuis le Moyen-âge, cet immense édifice religieux surplombe l’îlot depuis le Xe siècle. Auparavant, un sanctuaire était déjà dédié à l’archange Michel depuis le début du VIIIe siècle. Le site se nommait alors le Mont Tombe.

Fondée par les bénédictins, l’abbatiale se développe au fil des siècles grâce aux richesses provenant de ses terres obtenues grâce à la générosité des ducs normands comme bretons. Son influence se renforce avec l’afflux de pèlerins, appelés les miquelots, venus se recueillir sur la tombe du Saint.

La guerre de Cent Ans transforme le bâtiment en forteresse inexpugnable, le chœur roman s’écroule en 1421 et met près d’un siècle à être remplacé par un magnifique exemple de gothique flamboyant. L’âge d’or de l’abbaye passé, elle se transforme en prison dès le XVIIIe siècle, les moines désertent peu à peu. Au final, son statut de « Bastille des Mers » la sauve de la destruction après la Révolution française.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le Pont du Gard en camping-car

Elle devient Monument historique classé dès 1874 et commence alors sa longue restauration. C’est aujourd’hui le second site le plus visité des Monuments Nationaux derrière l’Arc de Triomphe à Paris.

La découverte de ce monument vous permettra de parcourir les trois étages qui le composent et d’observer les éléments architecturaux de toutes les époques de sa construction. En plus, vous bénéficierez de panoramas magnifiques sur la baie et le village depuis différents points de vue.

Une étape incontournable !

La cité médiévale du Mont-Saint-Michel

La cité qui s’est épanouie au pied de l’abbaye, sous la protection des moines bénédictins, tient son développement à l’afflux de pèlerins depuis le IXe siècle. Ces touristes avant l’heure pour ainsi dire, étaient déjà friands de souvenirs de leur périple spirituel. Les échoppes vendaient alors, sous le contrôle de l’abbaye, des « enseignes », petits bijoux en plomb attestant de leur venue sur l’île. La tradition du bibelot a traversé les âges et on trouve une multitude de boutiques tout au long de la voie sacrée qui mène de la porte de l’Avancée aux marches de l’abbatiale.

C’est d’ailleurs une vraie marée humaine qui obstrue cet étroit chemin en haute saison. Pour éviter le bain de foule, venez hors saison, levez-vous au son du coq ou tentez la visite en soirée, le gros des troupes se concentrant sur la plage 10 h-17 h.

L’un des avantages de loger en camping-car à proximité du site est de permettre d’en profiter plus sereinement. Le Mont illuminé au soleil couchant ou ce dernier émergeant des brumes matinales à potron-minet, c’est quand même un sacré spectacle !

Le meilleur conseil pour découvrir au mieux le village est de s’échapper de la grand-rue et de déambuler dans les petites venelles, le long des remparts ou sur le chemin des Fanils. Un bon exemple, en sortant de l’abbaye, au lieu de suivre le flot descendant des touristes, bifurquez à droite au sortir du grand escalier pour arpenter le chemin de ronde au pied des puissantes murailles de l’abbatiale en direction de la maison de la Truie qui file, qui a donné son nom à la ruelle. Vous vous perdrez alors peu à peu dans les venelles de la cité pour y découvrir ses jardins et ses jolis points de vue.

Balade accompagnée dans la baie du Mont-Saint-Michel

Commençons par le plus important : ne tentez pas de vous promener tout seul dans la baie autour du Mont-Saint-Michel ! Cela peut s’avérer très dangereux en raison de deux phénomènes :

  • les sables mouvants, un piège de mère Nature dans les zones humides où la combinaison d’eau, de sable et d’argile peut créer des poches d’eau souterraines qui cèdent sous votre poids lorsque vous passez dessus. Bilan, vous vous enfoncez jusqu’aux genoux voire jusqu’à la taille dans cette mélasse salée. On s’en sort bien sûr, mais il faut connaître la technique tout de même. Cela reste assez effrayant si ça vous arrive !
  • Les marées les plus fortes d’Europe : à l’embouchure du Couesnon, le marnage c’est-à-dire la différence de hauteur des eaux entre marée haute et marée basse peut atteindre 13 mètres. C’est le record d’Europe et le deuxième score mondial derrière la baie de Fundy au Canada. Associé à la faible pente des fonds sableux, cela provoque une montée des eaux rapide et puissante, surtout les jours de gros coefficient de marée. Lorsque la marée s’élève, il ne fait pas bon d’être coincé dans le sable, le risque de noyade est certain.

Donc pour éviter tous désagréments, prenez un des guides de traversée de la baie du Mont-Saint-Michel. Ils sont attestés par la préfecture de la Manche.

Plusieurs options sont possibles, de durée plus ou moins longue :

  • une simple découverte des sables mouvants (1 h 30),
  • un tour du Mont (2 h),
  • une balade du Mont-Saint-Michel à l’îlot de Tombelaine (3 h)
  • une traversée aller-retour de 13 km (6 h),

À vous de choisir !

Sachez quand même qu’il s’agit d’excursions les pieds dans le sable et la vase sur plusieurs kilomètres. Éreintant même s’il n’y a pas de dénivelé. Par contre, du point de vue du panorama, c’est le top !

Moulin de Moidrey

À quelques centaines de mètres de l’aire de Beaumont, parallèle à la voie d’accès principale au Mont-Saint-Michel, s’étend la route des Moulins de Pontorson. On y découvre le plus bel exemple de moulin à vent de la région, celui de Moidrey, restauré en 2003, qui continue à faire tourner ses ailes pour moudre du grain.

Le lieu se visite toute l’année (2,50 € pour une visite libre ou 4 € avec un guide) et vous pouvez y trouver de la farine de sarrasin, de blé ou de seigle moulue sur place.

Dominant la vallée du Couesnon du haut de ses 44 mètres, c’est un magnifique point de vue sur le Mont-Saint-Michel et sur les polders environnants.

Pour les amoureux de vélo, un circuit facile de 25 km emprunte cette route et permet de découvrir le patrimoine bâti local tout en parcourant les collines.

Moulin de Moidrey
Le moulin de Moidrey © Benh LIEU SONG, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Randonnée à la découverte des polders

Sur l’autre rive du Couesnon, à Beauvoir, une jolie randonnée d’un peu moins de quinze kilomètres permet de sillonner à travers les polders de la baie du Mont-Saint-Michel et d’emprunter la digue qui les protège. On peut la faire à pied ou à vélo. Depuis la digue, le point de vue sur l’îlot est magnifique.

Vous aurez peut-être la chance d’y voir paître les troupeaux de moutons à tête noire de la baie. Ils bénéficient d’un label AOP « Près salés du Mont-Saint-Michel », fameuse pour la qualité de sa viande d’agneau, persillée et particulièrement goûteuse. Pour en apprendre un peu plus sur ce mets d’exception, allez visiter une ferme qui en produit comme celle de Yannick Frain, président de l’organisme de défense et de gestion de l’AOP et surtout éleveur depuis quatre générations à Roz-sur-Couesnon. On en reparle plus bas.

Polders autour du Mont-Saint-Michel
Les moutons dans les polders du Mont-Saint-Michel, © Jean-luc Lebrun, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Au départ ou au retour de la balade, tout dépend dans quel sens vous commencez, n’oubliez pas d’aller faire un tour au tout nouveau barrage sur le Couesnon. Complètement intégré au projet de réhabilitation du site débuté en 2005, cet ouvrage technique a été le premier élément construit sur place en 2009.

Il porte finalement mal son nom de barrage puisqu’il s’agit plutôt d’un régulateur de marée qui redonne suffisamment de vigueur au fleuve afin que celui-ci dégage les sédiments accumulés dans la baie autour de l’îlot. Une visite libre ponctuée de nombreux panneaux d’explication permet de mieux comprendre le mécanisme. Les heures de lâcher d’eau sont indiquées chaque jour sur ce site.

Le Couesnon et le Mont-Saint-Michel

Parenthèse gourmande

Que serait une escapade en France sans une découverte de ces spécialités gastronomiques ? Pour moi, un sacrilège ! Donc, faisons un petit tour dans les alentours du site pour y dénicher quelques bons produits locaux.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le Cirque de Navacelles en camping-car

Pour commencer, honneur à l’agneau des prés salés dont j’ai déjà parlé un peu plus haut, AOP locale dont la production d’exception est très limitée puisqu’elle ne compte qu’une dizaine d’éleveurs. À portée de vélo, voire même accessible au solide marcheur depuis Beauvoir (18 km aller-retour), la ferme de Yannick Frain accueille les visiteurs après contact téléphonique ou par mail. Il vous fera découvrir sa bergerie et peut-être même les prairies où paissent ces bêtes, dont la spécificité est d’être recouverte par la mer par moments.

Sur place, une boutique où faire ses emplettes, mais prévoyez de l’espace dans le frigo du camion, car la vente se fait par demi-agneau. Ou alors, organisez un sacré barbecue avec vos camarades camping-caristes !

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

À deux pas de l’aire de Beauvoir, une jolie boutique, la Maison Pèlerin, accueille tous les becs sucrés. Sa spécialité, le caramel sous toutes ses formes, en bonbon ou en crème, nature, au beurre salé, aux noisettes et même au calvados. Du chocolat aussi, fabriqué artisanalement, avec des gourmandises locales à goûter comme le caillou du Mont-Saint-Michel, un caramel enrobé de chocolat.

Rien de mieux pour récupérer des kilomètres de marche ou de vélo à faire dans le coin !

On y trouve également de nombreux produits régionaux, bières, biscuits, confitures, tartinades, conserves et autres algues, tous issus de Bretagne ou de Normandie (pas de jaloux).

Allez, une dernière adresse pour les gourmands et les nostalgiques, l’Atelier Saint-Michel. Même si cette biscuiterie est née il y a plus de 100 ans à Saint-Michel-Chef-Chef en Loire-Atlantique, on trouve deux boutiques de l’enseigne au pied du Mont qui aurait pu lui donner son nom. La première à Beauvoir sur la route menant à l’îlot, la seconde à Ardevon sur la D275 qui, elle aussi, conduit au Mont. Vous pourrez y acheter les emblèmes de la marque : sa fameuse galette ou sa madeleine moelleuse et fondante. Et encore bien d’autres spécialités sucrées, des plus classiques au plus originales.

Les aires camping-car autour du Mont-Saint-Michel

Voici 5 solutions pour passer la nuit dans un rayon de 20 km autour du Mont-Saint-Michel. Des aires payantes au plus proche du site. Des tarifs de plus en plus avantageux, voire la gratuité, si on s’en éloigne.

Aire de camping-car de Beauvoir

Aire camping-car au Mont-Saint-Michel : Beauvoir

GPS : 48.593139, -1.512434

Cette immense aire de 170 places est parfaitement située, à seulement 3 km des navettes pour le Mont-Saint-Michel, au bord de la voie verte des rives du Couesnon.

Une aire de service avec eau et vidanges est présente à l’extérieur pour les voyageurs de passage (4,50 € en CB) et une autre est installée à l’intérieur de l’aire pour ceux qui y restent.

Le tarif est de 16,50 € / 24 h en juillet-août et 13,50 € / 24 h en dehors de cette période. Il comprend :

  • un bel emplacement sur stabilisé ou sur herbe, souvent délimité par des haies,
  • un branchement à une borne électrique 16A,
  • accès illimité aux services,
  • WIFI gratuit.

Le seul inconvénient est la proximité de la voie principale d’accès au Mont qui nuit au calme du site, surtout en journée, car il y a peu de circulation la nuit. Par contre, un gros avantage :  les commerces de Beauvoir, nombreux et variés (épicerie, boulangerie, magasin de spécialités locales, restaurants…) sont à deux pas de l’aire.

Accessible à tous types de véhicules, même les plus gros ou avec attelage avec une grande zone de dégagement à l’entrée et des emplacements adaptés.

Aire de camping-car La Bidonnière d’Ardevon

GPS : 48.603802, -1.476990

Cette aire est plus petite que la précédente, mais compte quand même 50 places. Elle est située à la même distance de 3 km des navettes vers le Mont, mais au milieu des champs, près d’une modeste route secondaire. C’est son principal avantage, un calme assuré et pour ne rien gâcher, une vue exceptionnelle sur le Mont-Saint-Michel.

Les emplacements ne sont pas vraiment délimités et, en haute saison avec de l’affluence, vous pourrez parfois vous sentir un peu à l’étroit.

Pour 13,50 € / 24 h (1 € de moins du 1/01 au 30/03), vous aurez donc accès au stationnement, à l’aire de services et à l’électricité (6A, 3 € de plus pour du 10 A). Il y a même un WIFI gratuit sur place.

Seul petit inconvénient, l’aire est vraiment éloignée de tout commerce. Par contre, en haute saison, vous pouvez quand même commander la veille, pain et viennoiserie pour le lendemain matin. Initiative sympa de la part des propriétaires ! Il y a aussi un camion pizza en été, un soir par semaine.

Le Mont-Saint-Michel : tout ce qu'il faut savoir pour une visite en camping-car

Aire du Carrefour Market de Pontorson

GPS : 48.558131, -1.507456

Une aire de stationnement où vous pouvez passer la nuit est mise à disposition gratuitement à l’arrière du Carrefour Market de Pontorson.

C’est un parking de supermarché. Ne vous attendez à rien d’exceptionnel. Cette aire a le mérite d’être gratuite, et c’est déjà pas mal. À l’arrière du magasin, vous êtes également plutôt à l’abri des grandes voies de passage.

Une borne de services est disponible (payante). Quelques courses au supermarché s’imposent 😊

Aire municipale de camping-car de Sains

GPS : 48.552718, -1.586182

Située en Bretagne, à une grosse quinzaine de kilomètres du Mont-Saint-Michel, la commune de Sains propose une dizaine emplacements agréables et spacieux avec accès à l’électricité.

Une borne de services avec eau et vidanges est aussi disponible pour les camping-caristes.

Le tout pour 6 € la nuit, payable à l’agent communal ou à un conseiller municipal, le soir ou le matin. Une aubaine pour un si bel espace mis à disposition par une mairie, donc n’oubliez pas de laisser votre participation financière. Petite épicerie dans le bourg pour dépanner.

Le Mont-Saint-Michel en camping-car

Aire municipale de Sougéal

GPS : 48.506508, -1.525722

À 15 km au sud du Mont-Saint-Michel et dans le département de l’Ille-et-Vilaine (35) comme l’aire précédente, le petit village de Sougéal met un grand parking à disposition des camping-cars, tout près du stade.

Il y a aussi sur place une borne artisanale avec l’eau et les vidanges.

Tout cela est gratuit alors profitez-en pour faire un tour dans la boulangerie-pâtisserie multiservice du centre, dernier commerce du bourg.

À proximité, la Maison des Marais est un point d’information intéressant pour aller visiter la réserve naturelle des marais de Sougéal. Un petit sentier d’interprétation permet de faire le tour du site et d’en découvrir la faune et la flore.

Le Mont-Saint-Michel, un bijou à ne pas manquer sur votre itinéraire en camping-car

La réputation du Mont-Saint-Michel n’est plus à faire. S’il attire autant de monde c’est bien parce que le site et le cadre sont exceptionnels.

Les travaux herculéens ont permis de lui rendre ses lettres de noblesse tout en organisant un accès simple pour tout type de visiteur. Ce qui était loin d’être aisé pour un site qui reçoit des millions de touristes chaque année !

Les voyageurs en camping-car n’ont pas été oubliés avec de nombreuses structures dédiées, aussi bien publiques que privées.

Ben, voilà, c’est gagné ! J’ai envie d’y retourner maintenant !

Et vous ? envie d’y faire un tour ?

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Le Mont-Saint-Michel : tout ce qu'il faut savoir pour une visite en camping-car


Partager l'article
  • 55
  •  
  • 6
  •  
    61
    Partages
  •  
    61
    Partages
  • 55
  •  
  • 6

4 commentaires sur “Visiter le Mont-Saint-Michel en camping-car”

  1. Pierre MOUNIER

    Bonjour et merci pour cet article qui détaille le Mont saint Michel et les alentours à visiter.
    Il donne envie d’y retourner.
    J’ai eu la chance, comme beaucoup, d’y faire étape avant la modification des alentours du Mont, à une époque où le stationnement des CC était à proximité.
    Manger dans le CC avec le Mont en visuel à travers le pare-brise, par une nuit étoilée, reste pour nous une image de conte de fée, impossible à revivre.
    Bonne journée à tous

    1. Des souvenirs extraordinaires et vous avez bien fait d’en profiter.
      Mais moi j’ai aussi le souvenir d’un Mont-Saint-Michel avec des véhicules partout (que ce soit voitures ou CC, on s’entend bien) qui gâchaient réellement la beauté du site et la vue des promeneurs. Donc, même si on est plus loin, même s’il faut marcher, même si on n’a pas la vue depuis la fenêtre, je préfère largement cette nouvelle organisation qui allie sauvegarde du site naturel et développement touristique (il faut quand même des infrastructures qui permettent d’accueillir 3 millions de visiteurs par an, ce n’est pas rien).
      Et la vue, on l’a depuis la voie verte à deux pas de l’aire de Beauvoir où on s’est arrêtés. Il suffit de prendre son pique nique…

  2. Super ! Je lis même les commentaires sur les parkings pour CC alors que je suis #teamhotel à 100%. Merci de m’avoir fait voyager et donner envie de redécouvrir le site après sa transformation 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.